Christophe COLLIGNON
Ministre wallon
Bourgmestre en titre (Huy)
Page d'accueilPlan du siteAjouter aux FavorisImprimerEnvoyer à un ami
UN ÉTÉ SOLIDAIRE POUR PRÈS DE 3 000 JEUNES WALLONNES ET WALLONS
Vign_DDH-ETE-SOLIDAIRE-HERON-SITE-INTERNET-CC-20210830

Sur proposition du ministre des pouvoirs locaux, le Gouvernement wallon a marqué son accord pour l’organisation de l’opération «Été solidaire, je suis partenaire» du 1er juillet au 31 août 2021.

 

Un montant de 490 euros par jeune engagé a été affecté. Le budget global dédié au projet a atteint 1,63 million d’euros.

 

Durant les vacances d’été, l’initiative a permis de sensibiliser de nombreux jeunes Wallonnes et jeunes Wallons à la solidarité. Ceux-ci ont ainsi eu l'occasion de réaliser des travaux d’utilité publique et de rendre des services à la population, ceci moyennant rétribution.

 

Cette année, l’accent a davantage été mis sur la lutte active contre l’isolement des jeunes dans le contexte de la crise sanitaire, dans les petites entités, au travers du soutien d’activités valorisantes leur permettant d’être acteurs de la société.

 

À cette fin, le budget dédié à l’opération a été augmenté de près de 500 000 euros par rapport à l’année dernière.

 

En 2021, beaucoup de communes ont répondu à l’appel à projets. Le subside régional a permis de subventionner pas moins de 227 entités wallonnes et un total de 2 893 jeunes.

 
Commémoration de la tragédie du charbonnage du Bois du Cazier, à Marcinelle
Vign_CC-BOIS-CAZIER-HOMMAGE-SITE-INTERNET

Évoquer le Bois du Cazier, depuis 65 ans, c’est évoquer un drame, une catastrophe à jamais terrible, qui coûta la vie à 262 mineurs et qui brisa celle de bien plus de familles. Évoquer le Bois du Cazier, c’est donc inévitablement renvoyer au malheur ! Mais c’est aussi, heureusement, raviver, avec le souvenir des disparus, les vertus positives qu’ils ont portées : la fraternité et la solidarité.

Pour beaucoup, à commencer par ceux qui n’ont pas la vie facile, la solidarité est une pratique naturelle avant d’être un concept abstrait. Elle a accompagné la migration, dans son âpreté comme dans ses promesses. Elle a fait supporter le travail, dans toute la dureté qu’il avait à l’époque. Et elle a permis d’avancer, en dépit des difficultés journalières et des drames subits.

À une autre échelle et dans les temps moins durs qui sont les nôtres, nous l’avons encore vécu au cours des mois écoulés. Des mois marqués par une pandémie que nous croyions appartenir aux livres d’Histoire et qui a pourtant semé la désolation et la mort parmi les plus fragiles. Des temps marqués, aussi, par des inondations sans précédent, qui ont parfois privé de tout, ceux qui, souvent, n’avaient déjà que le nécessaire.

Et, chaque fois, nous avons vu se manifester la solidarité, qui s’est exprimée spontanément au sein de nos quartiers et villages, comme à travers nos bassins, unis face à l’adversité. Cette tendance naturelle est une force pour la Wallonie. Et elle est même un des éléments constitutifs de notre Région qui s’est construite par l’alliage des populations qui y ont fait leur vie.

Emblème de cette réalité, nous célébrons, cette année, le 75e anniversaire de l’Accord belgo-italien. Un bail, certes, mais qui s’inscrit dans une communauté de civilisation infiniment plus ancienne. Le grand historien Léopold Genicot disait ainsi : « Sans la conquête par César, il n’y aurait pas eu de Wallonie ». Et force est d’ajouter à cette réalité historique première que, sans l’apport italien additionnel opéré dans le cadre de la Révolution industrielle, la Wallonie n’aurait pas eu ce visage méridional, qu’elle affiche en toutes choses, aux confins septentrionaux de la latinité.

Mon père disait lorsqu’il était Ministre-président wallon : « La Wallonie, c’est déjà le Sud ! ». Et cela, elle le doit, pour une part, à la vitalité que lui a apportée la communauté italienne, qui fait depuis longtemps partie intégrante de notre identité. Tout comme y contribuèrent d’autres groupes venus au fil du temps, et dont une dizaine figurent au triste décompte des victimes qu’a solennellement égrainées la cloche du souvenir.

Indiscutablement, donc, la catastrophe du Bois du Cazier est un événement emblématique, fondateur et révélateur. Révélateur d’une condition ouvrière indigne, pour l’amélioration de laquelle les progressistes n’ont cessé de se battre, portant un combat qui est encore loin d’être achevé. Révélateur, aussi, d’une nation en constitution, dans cet esprit de citoyenneté commune que Rome nous a légué en héritage, et dans cette définition dynamique qu’en donne Ernest Renan.

La Wallonie que nous construisons ensemble est faite de ces éléments, passés et présents, que Renan mettait en avant : d’une part « la possession en commun d’un riche legs de souvenirs » et de l’autre « le consentement actuel [et] le désir de vivre ensemble ». Ce qui, selon ses mots, fait de la nation « une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. »

Voilà ce qui, en Wallonie, est sorti de la migration, du travail partagé, de la lutte commune et de résistance solidaire face au malheur. Les crises que nous venons de traverser ont au moins eu le mérite de rappeler à chacun que l’homme n’est pas fait pour vivre dans sa bulle, replié sur la gestion individuelle de ses problèmes.

L’être humain, particulièrement lorsqu’il est latin, n’aspire qu’à faire éclater cette limite, pour retrouver les siens… et les autres, multiplier les contacts et refaire la communauté. Votre présence toujours aussi nombreuse à cette commémoration, soixante-cinq ans après les faits, est le signe de cette conscience collective et de cette volonté de se souvenir, pour construire et reconstruire ensemble, notre territoire, notre prospérité et notre société wallonne.

C’est ainsi que nous serons à la hauteur du travail et du sacrifice de ceux qui ont tout donné pour nous assurer un avenir meilleur. Honneur à eux et, au nom du Gouvernement wallon, merci à vous pour cette cérémonie forte de sens.

 

Christophe Collignon - Marcinelle, le 8 août 2021

La Wallonie prend des mesures immédiates pour soutenir les sinistrés des inondations
Vign_FACEBOOK
Les pluies exceptionnelles qui se sont abattues sur notre région à la mi-juillet sont à l’origine de crues et d’inondations historiques qui ont particulièrement affecté les communes wallonnes. De nombreuses maisons et infrastructures ont été sinistrées et, en dépit du remarquable élan de solidarité qui se manifeste, des milliers de Wallonnes et de Wallons sont confrontés à des situations extrêmes.
➡ Le Gouvernement wallon a pris sans délai la mesure de la catastrophe et annoncé, dès le 20 juillet, la mobilisation d’un budget deux milliards d’euros pour y faire face.
➡ Dans ce cadre, le ministre du logement, des pouvoirs locaux et de la ville, Christophe Collignon, a proposé l’adoption de mesures immédiates pour soutenir notre population, via les opérateurs publics de proximité.
➡ Face à l’urgence humanitaire que nous vivons, les maîtres mots sont: déblayer, reloger et accélérer. La Région s’inscrit dans cette dynamique via un premier éventail de mesures:
✅ 5 millions d’euros pour apporter une aide directe immédiate aux communes, sous la forme d’une dotation destinée à financer le déploiement de moyens matériels et humains pour procéder au déblaiement et au nettoyage des zones sinistrées, ou l’offre d’une aide administrative pour la constitution des dossiers d’indemnisation ou d’octroi d’avance, ou toute autre action jugée nécessaire.
✅ 50 millions d’euros à destination des communes et CPAS frappés par les inondations. Ces moyens seront dédiés aux mesures urgentes de relogement des familles sinistrées, soit pour couvrir des dépenses prises directement en charge par les communes et les CPAS, soit pour octroyer des aides aux ménages afin de leur permettre de se reloger.
✅ Intervention du Centre régional d’aide aux communes (Crac): d’une part, dans la prise en charge des intérêts des emprunts qui seraient contractés par les communes pour les travaux urgents et nécessaires de reconstruction, d’autre part, pour octroyer des avances remboursables afin de permettre aux communes de se lancer dans les travaux de reconstruction urgents et nécessaires au bon fonctionnement des services, au maintien de la sécurité et de la salubrité; afin de permettre aux communes d’octroyer aux ménages sinistrés des avances d’un montant de 2.500 euros, par anticipation de l’intervention des assurances ou du fonds des calamités.
✅ Accélération des procédures de marché public. Une newsletter a été adressée pour préciser la manière de procéder à la passation de tels marchés dans les situations d’urgence impérieuse résultant d’événements imprévisibles.
✅ Mobilisation des logements publics disponibles. Le Gouvernement wallon a approuvé en urgence, dès le 19 juillet, un arrêté qui déroge aux règles d’attribution et permet une solidarité entre les sociétés de logement. Le but est de reloger rapidement les locataires des logements publics évacués en attendant qu’ils puissent réintégrer leur logement ou intégrer un nouveau logement en cas de sinistre total, mais aussi les ménages qui n’habitaient pas un logement public mais doivent être relogés.
✅ 25 millions d’aide aux sociétés de logement de service public pour les aider à prendre une série de mesures urgentes induites par les dégâts causés aux logements publics, pour aider au relogement des locataires mais aussi pour d’autres dépenses rendues nécessaires.
✅ Mise à disposition d’habitations de type modulaire. Le ministre Christophe Collignon a mandaté la SWL pour qu’elle lance en urgence un marché public d’accord-cadre visant à mettre à la disposition des sociétés de logement mais aussi des communes et CPAS, des logements de ce type pour dépasser l’horizon de l’hébergement d’urgence en famille ou chez des amis.
✅ Rappel des outils de mise à disposition de personnel et de réquisition. Les pouvoirs locaux au sens large et les bourgmestres en particulier disposent d’ores et déjà d’outils leur permettant de mettre leur personnel à disposition des communes sinistrées. La circulaire rappelle la faisabilité de la démarche et les dispositions utiles pour la mettre en œuvre. Elle rappelle aussi les règles en matière de réquisition de biens et d’immeubles afin d’assurer la sécurité juridique des actes posés.
✅ Création d’une plate‑forme informatique pour faciliter ces mises à disposition de personnel, de matériel et de logements de transit et d’insertion entre pouvoirs locaux. La solidarité entre entités n’a pas attendu pour se manifester. Pour la coordonner et renforcer son efficacité, une circulaire se propose de faciliter la mise en relation de l’offre et de la demande. Une plate-forme informatique interactive et dynamique permettra aux communes sinistrées d’exprimer leurs besoins et aux autres de signaler leurs possibilités d’y répondre.
✅ Utilisation des plans de cohésion sociale et de l’opération «Été solidaire». Le ministre Collignon confirme que la circulaire relative aux PCS applicable jusqu’au 31 août, autorise d’inclure des actions liées aux inondations dans le cadre des initiatives solidaires et d’aide aux personnes. Par ailleurs, les communes bénéficiaires de l’appel à projets «Été solidaire», qui permet d’engager des jeunes durant la période d’été, sont autorisées à réorienter les actions et missions menées dans ce cadre, au regard de l’actualité.
✅ Création d’une plate‑forme d’entraide pour le logement privé. Le ministre Collignon a mandaté le département du logement du SPW afin de développer une plate‑forme visant à mettre en relation les propriétaires privés faisant offre de relogement temporaire et les ménages concernés.
 

Accès à la circulaire


 
UN PLAN DE RELANCE POUR LA WALLONIE

À l’issue d’un vaste et inédit processus de consultation de la société civile, le Gouvernement wallon a présenté son plan de relance de la Wallonie. Il mobilise à cet effet 7,64 milliards d’euros d'ici 2024. La relance s’articulera autour de 5 axes directeurs et 20 mesures structurantes pour construire la Wallonie de demain.

Vign_187937170_3012678728951530_1210750364377027679_n
 
 
Vign_DDH-HENRI-MOUTON_HOMMAGE
C’est à un compatriote d’arrondissement que s’adresse le présent hommage, à un homme qui suscitait la considération autant qu’il attirait la sympathie. Cela fait 23 ans qu’Henri Mouton a quitté notre assemblée, et 20 ans qu’il a renoncé à ses mandats politiques, pour renouer avec une vie militante qu’il affectionnait par-dessus tout.

C’est ce qui explique que, deux décennies après son retrait officiel, Henri restait une figure marquante — et toujours souriante — pour toute sa région. 

Enseignant, directeur du lycée d’Hannut, il était venu très tôt à la politique, par la voie du socialisme que prônait et pratiquait son grand-père ; par la voie du combat wallon, aussi, comme cette forte génération marquée par la grande grève de 1960.

Comme beaucoup d’entre nous, c’était avant tout un municipaliste ; le dernier bourgmestre de Ville-en-Hesbaye, puis un bourgmestre marquant de la commune fusionnée de Braives, pour laquelle il s’est battu, durant toute sa vie, avec passion. 

Élu sénateur de l’arrondissement de Huy-Waremme en 1981, c’est ainsi qu’il fit son entrée au Conseil régional wallon, à l’aube de la régionalisation, lorsqu’il n’était pas encore question d’élire directement les représentants de la Wallonie.

Il devait pourtant participer activement à cette évolution, en votant, au Sénat, les réformes de l’État de 1988 et 1993 qui devaient affirmer notre Région et opérer la transformation fédérale du pays. 

Et c’est dans ce cadre — qui allait marquer un tournant décisif pour la Wallonie — qu’il devait être élu — aux côtés de mon père — parmi les 75 premiers députés régionaux choisis directement par le peuple wallon.

Homme de conviction, Henri Mouton était aussi un homme de devoir, comme lorsque, président de la Commission des poursuites du Parlement wallon, il conduisit de manière exemplaire les débats relatifs à la levée des immunités dans l’affaire Agusta. 

Il revint ensuite à sa passion communale, pour reprendre ses fonctions de bourgmestre, conquises en 1983 et confirmées en 1988 et en 1994.

Lorsque vint ensuite, le temps de l’alternance, il choisit de passer la main et le relais, sans renoncer pour autant à un engagement politique, qui l’a accompagné jusqu’à son dernier jour.

Un engagement pour son idéal et le parti qui l’incarne ; et un engagement pour sa commune, pour sa Région et ses habitants, pour qui il voulait perpétuellement le meilleur. 

Aujourd’hui, ceux qui l’ont bien connu se relaient pour dire, sans formule de circonstance, quel homme agréable et quel ami fidèle il était.

Nous mêlons nos voix aux leurs mais nous rendons aussi, en tant qu’Assemblée et, pour ce qui me concerne, en tant que représentant du Gouvernement, un hommage appuyé à un grand homme, un représentant au sens fort du terme, qui savait ce qu’implique l’honneur d’assumer le mandat confié par l’électeur. 

Nos pensées vont aujourd’hui vers son épouse, ses enfants, ses petits-enfants et ses arrière-petits-enfants ; vers ses proches et ceux qui, pour l’avoir connu, l’ont immanquablement apprécié.

Honneur à vous, Monsieur le Bourgmestre, cher Collègue. 

Et merci à toi, Henri, pour ton action que d’autres ne manqueront pas de poursuivre dans une voie dont rien ne t’aurait fait dévier.

 

Christophe COLLIGNON        

Séance plénière du Parlement de Wallonie à Namur, le 28 avril 2021


 
LE GOUVERNEMENT WALLON SOUTIENT LES CLUBS SPORTIFS DE HUY-WAREMME
Vign_CC-DDH-CLUBS-SPORTIFS-HUY-WAREMME-20210422

Dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire, les mesures successives nécessaires face à une situation épidémiologique catastrophique ont lourdement impacté le secteur sportif, tantôt contraint d’arrêter toutes ses activités, tantôt limité dans l’organisation de celles-ci.

 

Aussi, en sa séance du 19 mars 2021, sur proposition des ministres Christophe Collignon et Jean-Luc Crucke, le Gouvernement wallon a proposé de mettre en place un mécanisme de soutien via les communes, sur la base des informations fournies par la direction des infrastructures sportives du département des infrastructures locales du SPW Mobilité et Infrastructures, en collaboration avec l’AISF, en faveur des clubs sportifs affiliés à une fédération sportive reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Pour bénéficier de ce soutien, ces clubs doivent :

  • être constitués en ASBL ou en association de fait ;
  • avoir leur siège social situé en région wallonne ;
  • organiser leurs activités sur le territoire d’une commune wallonne. 

 

Ce soutien est réalisé via un versement aux communes à destination des clubs sportifs calculé en fonction du nombre d’affiliés éligibles de chaque club, à concurrence de 40 euros par affilié.

 

Les communes de Huy-Waremme se voient ainsi réserver les montants suivants:

AMAY - 55 880 €

ANTHISNES - 14 800 €

BERLOZ - 280 €

BRAIVES - 4 664 €

BURDINNE - 4 960 €

CLAVIER - 32 640 €

CRISNÉE - 33 360 €

DONCEEL - 34 480 €

ENGIS - 40 840 €

FAIMES - 23 040 €

FERRIÈRES - 19 040 €

FEXHE-LE-HAUT-CLOCHER - 19 520 €

GEER - 51 960 €

HAMOIR - 46 800 €

HANNUT - 178 480 €

HÉRON - 36 880 €

HUY - 166 480 €

LINCENT - 11 880 €

MARCHIN - 38 800 €

MODAVE - 23 760 €

NANDRIN - 53 800 €

OREYE - 24 680 €

OUFFET - 27 840 €

REMICOURT - 40 640 €

SAINT-GEORGES-SUR-MEUSE - 43 120 €

TINLOT - 19 640 €

VERLAINE - 39 200 €

VILLERS-LE-BOUILLET - 55 400 €

WANZE - 188 960 €

WAREMME - 173 560 €

WASSEIGES - 33 840 €

 

 
Avril 2021: six mois d’actions pour améliorer le quotidien des Wallonnes et des Wallons
Vign_CC-OCT-2020

Six mois après avoir pris ses fonctions, le 2 octobre 2020, le ministre wallon du logement, des pouvoirs locaux et de la ville dresse un premier bilan de ses actions menées au sein du gouvernement wallon.

 

En cette période de crise sanitaire inédite, le soutien aux secteurs d’activité fortement affectés a constitué une priorité. Une enveloppe de 21 millions d’euros a été affectée à la compensation intégrale des taxes communales et provinciales relatives aux cafetiers, restaurateurs, maraîchers, forains et hôteliers. Un contribution régionale complémentaire de 21 millions d’euros a été dégagée dans le même sens en faveur des secteurs du spectacle et des divertissements, ainsi que des autres plus particulièrement affectés.

 

Pour soutenir les clubs sportifs wallons dans la difficulté et pérenniser leur activité, une aide de 40 euros par affilié leur sera attribuée via les communes, pour un budget total de quelque 22 millions d’euros. Une aide d’1,5 million d’euros est aussi octroyée aux municipalités pour organiser le transport des personnes en difficulté vers les centres de vaccination.

 

En matière d’amélioration de l’habitat, un vaste plan de rénovation des performances énergétique de 

26 000 logements publics est mis en œuvre à concurrence d’1,2 milliard d’euros. Un programme d’embellissement et de sécurisation du parc public wallon fait parallèlement l’objet d’un financement de 24 millions d’euros.

 

Dans la perspective de l’édification de 3 000 logements publics neufs à l’horizon de 2024, une étape importante est franchie avec un appel à projets pour la construction rapide de 653 logis, doté d’un budget de 81 millions d’euros.

 

En marge d’une politique active de construction et de rénovation, la lutte contre toutes les formes de discrimination dans l’accès au logement s’intensifie avec, notamment, le développement de contrôles mystères et le lancement d’actions de sensibilisation. L’accent est également mis sur la lutte contre les logements inoccupés qui pourront être plus facilement identifiés.

 

Pour une meilleure information des locataires, un outil de calcul des frais énergétiques des logements est désormais inclus dans la grille indicative des loyers. Considérant les conséquences de la crise sanitaire sur les revenus des ménages, un prêt à taux zéro temporaire a été initié à l’attention des locataires à bas revenu d’un bien privé ou d’un logement étudiant.

 

En sus des aides spécifiques qui leur sont apportées dans le contexte de la crise sanitaire, les pouvoirs locaux sont soutenus dans leurs opérations de développement urbain. Les entités d’Anderlues, Antoing, Aubange, Boussu, Charleroi, Châtelet, Chimay, Dour, Flémalle, La Louvière, Liège, Marche-en-Famenne, Messancy, Péruwelz ou encore Quaregnon sont les dernières en date dont les projets ont ainsi été reconnus par le gouvernement wallon.

 

Concernant la reconduction annuelle de l’opération « Été solidaire, je suis partenaire », qui permet aux communes d’engager des jeunes chargés de réaliser des travaux d’utilité publique et de rendre des services à la population, le budget régional de cette édition 2021 est augmenté de quelque 500 000 euros pour atteindre 1,63 million d’euros.

 

Afin d’améliorer la connexion du territoire wallon et de favoriser la transition numérique des pouvoirs locaux, un accord a été conclu avec le secteur de la téléphonie mobile. Il inclut l’engagement des opérateurs à investir massivement et à soutenir la transformation digitale des communes, provinces et CPAS.

 

Un soutien régional d’1,5 million d’euros est également attribué à un appel à projets pilotes destiné à encourager la coopération des communes via le développement d’initiatives concrètes de supracommunalité.

 

Enfin, sans être exhaustif, il convient encore de mentionner le lancement d’une véritable politique intégrée de la ville, à la hauteur du potentiel de croissance des pôles urbains wallons. À un moment où il est essentiel de relancer l’investissement public, près de 240 millions d’euros sont réservés à des projets prioritaires de développement des quartiers, végétalisation des espaces, logement, cohésion sociale, rénovation énergétique, mobilité, politique commerciale, réhabilitation de friches industrielle, patrimoine ou de tourisme. Dédié aux neuf grandes villes wallonnes, ce projet inédit concerne Charleroi, La Louvière, Liège, Mons, Mouscron, Namur, Seraing, Tournai et Verviers. Des moyens nouveaux seront, par ailleurs, consacrés aux villes de moins de 50 000 habitants.

 
La Wallonie soutient les clubs sportifs: une aide régionale de 40 € par affilié !
Vign_FACEBOOK-AIDE-CLUBS-SPORTIFS-20210319

Sur proposition des ministres Christophe Collignon et Jean-Luc Crucke, une enveloppe régionale de 22 millions sera dégagée afin de pérenniser l’activité des clubs sportifs dans un contexte de relance. Ce soutien se déclinera en une aide directe de 40 euros par affilié.

Ce mécanisme passera par les communes qui ont un intérêt à maintenir l’activité sportive sur leur territoire. Il permettra de respecter la répartition des compétences en matière de sports entre la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les ministres Christophe Collignon et Jean-Luc Crucke ont ainsi souhaité la mise en oeuvre d'une mesure simple, équitable et conséquente.

 

Concrètement, le soutien aux clubs sera octroyé par l'intermédiaire des communes, à raison de 40 euros multipliés par le nombre d’affiliés qui y étaient inscrits en 2020.

 

 

Pour pouvoir prétendre à cette aide, les clubs doivent :

• être affiliés à une fédération sportive reconnue par la Fédération Wallonie-Bruxelles,

• être constitués en ASBL ou en association de fait,

• disposer de leur siège social en Wallonie,

• organiser leurs activités sur le territoire d’une commune wallonne.

 

En contrepartie de ce soutien :

• les autorités communales s’engagent à ne pas augmenter les loyers des infrastructures sportives,

• les clubs bénéficiaires s’engagent à ne pas augmenter les cotisations de leurs affiliés pour la saison 2021-2022,

• les autorités communales seront soumises à une obligation de publicité des aides.

 

La subvention régionale en faveur de chaque commune sera engagée sur base d’un relevé du nombre d’affiliés aux clubs exerçant leur activité principale sur son territoire. Ce relevé sera établi par la direction des infrastructures sportives du SPW Mobilité et Infrastructures, en collaboration avec l’AISF.

 

La subvention régionale sera liquidée sur base d’un dossier justificatif qui doit être transmis par les communes à l'administration régionale, au plus tard le 30 septembre 2021.

 
La Wallonie renforce sa lutte contre les logements inoccupés
Vign_CC-DDH-FACEBOOK-LOGEMENTS-INOCCUPES-ECHO-20210305
La Wallonie débloque 46 millions d'euros pour soutenir l'allègement de la fiscalité locale
Vign_FACEBOOK-CC-DDH-FISCALITE-LOCALE-20210204
Sur la proposition de son ministre Christophe Collignon, le Gouvernement wallon dégage 4 millions d'euros supplémentaires pour compenser les moindres recettes des communes et provinces qui, cette année, supprimeront leurs taxes sur les cinémas, divertissements, salles de spectacles, théâtres... Une enveloppe de 17 millions d'euros est également destinée à compenser l’allègement de la fiscalité de secteurs économiques ayant subi un arrêt ou un ralentissement d’activité.
 
En 2020, nous réservions déjà 4 millions d'euros pour les pouvoirs locaux ayant pris des mesures d’exonération de taxes au profit des secteurs impactés par la crise.
  
En 2021, une première enveloppe de 21 millions € était ouverte pour compenser la diminution de recettes des communes et provinces qui ont supprimé diverses taxes spécifiques (débits de boissons, terrasses, marchés, forains, hôtels…).
 
C’est donc, à ce jour, une somme globale de 46 millions d’euros que la Wallonie consacre à l’allègement de la fiscalité locale.
 
Visite ministérielle à l'école polytechnique de Huy
Vign_VISITE-ECOLE-POLYTECHNIQUE-HUY-20210105
Isolation des toitures, remplacement de l’éclairage et des châssis, installation de panneaux solaires et rénovation des chaufferies: sous l’impulsion de la Région Wallonne, de la Province de Liège et de la Banque Européenne d’Investissement, l’École Polytechnique de Huy fait peau neuve. Au départ de RenoWatt, un projet pilote assistant les autorités locales dans des chantiers d’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments publics, la firme Luminus Solutions a entrepris des travaux de rénovation au sein de l’établissement scolaire. Les ministres wallons Willy Borsus et Christophe Collignon étaient aujourd’hui sur place pour attester des premières avancées en matière de transition énergétique.
 
De 2020 à 2021 - Interview de Christophe Collignon dans les colonnes de Sudpresse
Vign_FACEBOOK-CC-LAMEUSE-31DEC2020
La Wallonie se dote d'un plan de lutte contre les discriminations au logement
Trop souvent encore, des candidats locataires se voient refuser l’accès à un logement en raison de leurs revenus modestes, de la couleur de leur peau, de leur handicap ou d’autres prétextes arbitraires. C’est parfaitement illégal !
 
En vue de lutter contre ces discriminations inacceptables, le Gouvernement wallon adopte une note d’orientation pour la mise en œuvre de mesures concrètes, dont la possibilité d’effectuer des «contrôles mystères», l’organisation d’une campagne de sensibilisation et d’une formation spécifique à destination des agents des communes.

 

Présentation de la note d'orientation approuvée par le Gouvernement wallon

Vign_CC-DDH-LUTTE-DISCRIMINATION-LOGEMENT-20201210
Soutien aux acteurs économiques durement touchés par la crise sanitaire et à la relance
Vign_CC-DDH-GW-COMMUNES-FISCALITE-20201127

Impactant la vie des Wallonnes et des Wallons, la crise sanitaire et ses restrictions touchent très durement les secteurs du commerce dont, en particulier, ceux de l’horeca, des maraîchers ou des forains.

En soutien à ces professionnels, le gouvernement wallon a décidé d’encourager les communes et provinces à supprimer - pour l’exercice 2021 - les taxes spécifiques visant notamment les débits de boissons, les placements de terrasses, les emplacements sur les marchés, les chambres d’hôtel ou encore les loges foraines.

En contrepartie, le gouvernement wallon s’engage à octroyer des compensations équivalentes aux pouvoirs locaux qui s’engagent dans ce processus.

Get up Wallonia!
Le Gouvernement de Wallonie lance une large consultation des citoyennes et citoyens de Wallonie. Chaque personne est appelée à participer et à formuler ses propres propositions pour ériger la Wallonie de demain: la Wallonie d’après la terrible crise de la covid-19.
 
➡️ En cliquant sur l'image pour accéder à la plateforme "mawallonie.be" 
➡️ En remplissant un questionnaire disponible dans les administrations communales et les espaces Wallonie.
 
Ensemble, contribuons à la Wallonie de demain! 💪💪💪

Vign_SPWSG-20-23091-Post_FB_1200x630-lm-131120-r1_1_
CORONAVIRUS: SUSPENSION TEMPORAIRE DES EXPULSIONS DOMICILIAIRES
Vign_CC-FACEBOOK-LOGEMENT-EXPULSIONS
 
Première visite du ministre wallon Christophe Collignon à Liège
Vign_DDH-CHRISTOPHE-COLLIGNON-06OCT2020-1
"Le nouveau ministre wallon du Logement était en visite à Liège ce mardi. Pour cette première visite ministérielle, Christophe Collignon s’est rendu dans le quartier Saint-Léonard, dans les locaux de l’asbl « Fleur Service social », active dans l’accompagnement de personnes en situation de précarité, avant d’aller à « Surya », rue de l’Evêché, une association qui lutte contre la traite internationale des êtres humains..." (RTC Télé Liège)
Question orale de Christophe COLLIGNON au ministre wallon des Aéroports
Vign_BIERSET-CC-QO-PW-SEPTEMBRE2020-DH-LLB
Le développement de l’aéroport de Liège et la limitation des nuisances pour les habitants

 

L’activité de l’aéroport de Liège-Bierset se développe et sa croissance devrait se poursuivre dans les années à venir avec, notamment, l’arrivée du géant chinois de l’e-commerce Alibaba ainsi que, nous l’espérons, l’implantation de nouvelles entreprises sur les terrains jouxtant les infrastructures aéroportuaires actuelles.

 

Nous pouvons dès lors considérer que nous nous trouvons dans une deuxième phase de développement, avec des compétences positives pour l’emploi et pour l’activité économique de la Wallonie, ce dont nous ne pouvons que nous réjouir.

 

Ceci étant, il convient de veiller à ce que cette progression de l’activité économique se décline dans le respect des normes environnementales et de la qualité de vie des citoyens vivant dans les alentours du site aéroportuaire liégeoise.

 

Dans le cadre de la première phase de développement de l’aéroport, marquée en 2004 par l’investissement et l’installation de la société de courrier express TNT, une vaste étude d’incidences sur l’environnement avait été réalisée.

 

La Wallonie a alors pris ses responsabilités en vue d’assurer le respect des normes en vigueur. En outre, les différentes sous-régions concernées par les retombées économiques et environnementales étaient représentées au sein des organes décisionnels de l’aéroport liégeois.

 

Dans le contexte actuel de développement et d’installation de nouvelles entreprises à Liège-Bierset, l’accroissement du volume d’emploi s’assortira d’une augmentation du nombre de vols d’avions ou du charroi.

 

Il convient donc, dès à présent, de prévenir les éventuelles nouvelles nuisances auxquelles les populations locales pourraient être confrontées, afin de trouver un juste équilibre entre le nécessaire développement économique et le tout aussi nécessaire maintien de la qualité de vie des habitants.

 

• Le Gouvernement wallon peut-il dès à présent veiller à la mise en œuvre d’une étude d’incidences relativement au développement futur de l’aéroport de Liège-Bierset ?

• Le Gouvernement wallon peut-il dès à présent veiller à la mise en œuvre, avec le concours de la SOWAER, d’une campagne de mesure du bruit auprès des riverains qui la sollicitent, en vue de quantifier objectivement l’impact de l’augmentation du nombre de vols d’avions ?

• Le territoire de Huy-Waremme étant largement concerné et impacté par l’activité aéroportuaire de Liège-Bierset, le Gouvernement wallon peut-il dès à présent prendre les dispositions utiles afin que les représentants de ce bassin de vie puissent siéger de plein droit dans les instances décisionnelles de l’aéroport liégeois ?

 
Lancement d'un vaste plan de rénovation du logement public wallon
Vign_LOGEMENT-PUBLIC-PLAN-WALLON-JUILLET2020
Ayant passé le cap du Gouvernement wallon ce jeudi 16 juillet 2020, le vaste plan de rénovation des logements publics est désormais sur les rails en Wallonie!
Pas moins de 25.000 logements des sociétés de logement de service public (SLSP) seront ainsi rénovés à l'échéance 2024.
L'ambition est d'atteindre les 55.000 logements rénovés dans les dix années à venir.
Dans l'arrondissement de Huy-Waremme sont notamment concernés 460 logements de la société Meuse Condroz Logement (MCL) et 138 logements du Home waremmien.
Parmi les objectifs figurent le renforcement de la sécurité et de la salubrité des logements, ainsi que l'amélioration de leurs performances énergétiques.
Les chantiers de rénovation participeront à la relance de l'économie wallonne.
 
 

Les pouvoirs locaux en première ligne
➡️ «L’ampleur de la crise était imprévisible, mais il y a quand même eu un manque d’anticipation de l’Etat…»
➡️ «Des professions en première ligne attendraient toujours leurs masques aujourd’hui si nous n’avions pas décidé, à Huy, de financer leur achat sur fonds propres…»
➡️ «On nous dit que les masques seront obligatoires dans les transports en commun. Pourquoi ne pas avoir anticipé ces commandes?»
➡️ «L’organisation avec les gouverneurs provinciaux et les communautés de communes fonctionne bien et a permis d’éviter que chaque commune prenne sa petite mesure…»
➡️ «On a dépecé l’Etat en fonction des demandes, sans trop réfléchir à l’homogénéité des compétences. Il faudra rectifier cela, que l’on refédéralise certaines d’entre elles ou réalise le transfert complet d’autres aux Régions, le but étant d’être plus efficaces…»

Vign_SUDPRESSE-CORONAVIRUS-CC-INTERVIEW-27AVRIL2020
 
Serrons-nous les coudes, l’heure est à la lutte pour sauver des vies!
Vign_PW-INTRO-VIDEO-PLENIERE-COVID-15AVRIL2020

Je voudrais d’abord avoir une pensée pour toutes celles et tous ceux qui ont perdu un être cher. C’est toujours compliqué, mais ça l’est encore plus, compte tenu des difficultés de recueillement que l’on connaît.

 

Je voudrais aussi avoir une pensée appuyée envers tous ceux qui travaillent en première ligne, mais aussi toutes celles qui se trouvent face à la crise. Je pense aux caissières, à toutes les dames d’entretien, à celles qui travaillent dans nos écoles ou dans nos crèches… Ce sont des personnes qui font en sorte que les services essentiels soient assurés. Et notre population a bien raison de les féliciter chaque soir à 20 heures.

 

C’est une chose de les soutenir moralement, mais on attend que les autorités prennent des mesures fortes pour faire face à cette crise.

 

Mon sentiment, face à cette crise, est qu’il nous faut faire preuve d’humilité. Je pense qu’aucun pays, aucune région ne s’attendait à une telle épidémie ou qui était prêt à affronter ce type de crise.

 

Cela veut-il dire que l’on n’en fait pas assez? On serait de mauvaise foi en disant que la Gouvernement wallon n’a pas pris les choses en main, qu’il n’a pas immédiatement pris la mesure de la difficulté de cette crise et n’a pas pris de mesures fortes.

 

Il y a ceux qui savent mieux tout que tout le monde, il y a les adeptes du «y a qu’à» ou du «on aurait dû»… Toutes ces personnes ont en commun plusieurs choses: elles ne sont jamais aux responsabilités et mettent très peu les mains dans le cambouis.

 

Face à ce type de crise, nous devons nous serrer les coudes et essayer de faire en sorte de prendre les mesures les plus optimales pour notre population, à la fois sur les aspects sanitaires, et j’y viendrai relativement aux maisons de repos, à la fois sur les mesures de soutien socio-économiques.

 

Et sur ce que monsieur Mugemangango a évoqué, c’est-à-dire que cette crise, malheureusement, va faire davantage sortir les différences sociales. Il faudra donc appuyer, aider cette population en détresse. L’exemple des vivres délivrées à la population qui est obligée de passer par ces colis, se trouve en difficulté de par le comportement égoïste des autres qui se ruent dans les supermarchés, faisant en sorte qu’il n’y a plus d’invendus.

 

Il faut pouvoir essayer de prononcer des messages solidaires pour faire comprendre cela, et aussi entourer les bénévoles. Comme, permettez-moi de la dire, on l’a fait dans la ville de Huy, avec notre service de prévention qui aide les bénévoles à ce niveau.

 

Un mot sur les maisons de repos. Personne, évidemment, ne peut être insensible à ce qui s’y passe. Mais quand je lis certains articles de presse, certaines déclarations ou même encore la proposition qui nous est faite aujourd’hui, j’ai quand même le sentiment que l’on tente de porter cette responsabilité sur le Gouvernement, et particulièrement sur sa ministre. Je trouve cela de mauvais ton et de mauvais aloi, en ce moment où l’heure est à l’action.

 

D’autre part, je rappellerai ici que la Wallonie a été la première à prendre ses responsabilités. La Wallonie a d’abord elle-même interdit les visites dans les maisons de repos. Je crois que c’était une mesure sanitaire importante. La Wallonie a rapidement dégagé une enveloppe peu banale de 115 millions d’euros pour faire face à des achats de matériel.

 

Cette crise est d’abord une crise gérée par le fédéral. Et il faut malheureusement rappeler la saga des masques qui ont été achetés via des intermédiaires, et qui ne sont jamais arrivés… Force est de constater que la Wallonie a pris le relais. Comme bourgmestres, nous avons souvent attendus des masques. Les premiers qui sont arrivés sont ceux qui ont été achetés à l’initiative du Gouvernement wallon: des masques à destination d’infirmières, des maisons de repos, des institutions qui sont du ressort de l’AViQ.

 

Comme vous, nous aimerions effectivement que les tests aillent plus vite. Nous aimerions aussi que l’on prévoit des solutions, mais, comme vous le savez, ce pays est un pays fédéral. L’heure n’est pas à critiquer le fait d’être dans un Etat fédéral, mais le morcellement des compétences peut constituer une difficulté.

 

On peut décider, dans un beau papier, dans une belle résolution, de tester toutes les maisons de repos, mais ces tests ne sont pas disponibles, les laboratoires qui pourraient les valider ne sont pas agréés par le fédéral. Vous devez donc mesurer le grand écart que doit faire le Gouvernement wallon, et particulièrement sa ministre, pour agir au plus près, au plus vite, dans ces situations.

 

Tout cela pour vous dire que j’ai le sentiment que le Gouvernement, dans cette matière-là, agit au mieux, au plus vite, et qu’à mon estime, l’heure n’est pas à la querelle, l’heure n’est pas à demander des comptes, mais l’heure est plutôt à l’appui sur des actions, l’heure est à la lutte pour sauver des vies. Dès lors, je suppose que, aujourd’hui et demain, la ministre évoquera la complétude du dispositif qui est mis en place.

 

On a évoqué ces testings qui arriveront pour partie dans notre région, suivant une répartition entre régions. On a également évoqué des filières pour réaliser des productions de masques et de décontamination de masques. Mais tout cela ne se fait pas en un jour.

 

On a aussi évoqué des structures intermédiaires. Je pense que la ministre en a mis deux en place, une à Spa et une à Thuin, avec l’appui de différents personnels, des appels à bénévoles…

 

En conclusion, Chers Collègues, aujourd’hui, l’heure est à la prise de responsabilités de chacun d’entre nous, en fonction des niveaux de pouvoir où nous sommes. Nous pourrons nous en sortir, à l’image de ce que fait la population: uniquement avec solidarité, avec civisme, dans le cadre du respect des mesures préconisées.

 

Il est clair qu’il y aura un «avant» et un «après Covid». Nous devrons tirer des leçons. Je parlais de filières à réimplanter sur nos territoires, en tout cas pour des besoins essentiels.

 

Certains devront peut-être réapprendre à aimer l’Etat, à faire preuve de plus de solidarité, à faire plus confiance aux mécanismes de la sécurité sociale. Et, probablement, l’on se dira que, finalement, notre dispositif hospitalier n’a pas si mal fonctionné que cela…

  

Christophe COLLIGNON

 
 
Vign_CORONAVIRUS-PARLEMENT-WALLONIE

Séance plénière du Parlement de Wallonie - Intervention de Christophe Collignon

17 mars 2020

Nous sommes réunis ce jour afin de répondre de manière tout à fait exceptionnelle à une situation qui l’est tout autant.
La pandémie du Covid-19 nous frappe tous, à quelque titre que ce soit.
J’aurai avant tout une pensée émue pour les personnes qui sont décédées des suites de cette pandémie. Nous partageons le chagrin et la peine des familles concernées.
Ensuite, il convient d’honorer le travail des personnes qui donnent tout et consacrent leur temps sans compter, pour combattre cette maladie: le personnel de première ligne, le personnel des hôpitaux, médecins et infirmiers, ainsi que tous ceux qui font vivre nos institutions hospitalières, mais aussi les aides à domicile, le personnel des maisons de repos et de soins, ainsi que toutes les institutions dans le monde de la santé.
L’investissement de ces personnels est exemplaire et démontre, je me plais à le souligner de manière appuyée, combien le secteur que l’on nomme «le non-marchand» est vital pour notre société.
Sans eux, les malades, de plus en plus nombreux, se trouveraient démunis et laissés à eux-mêmes.
Nous vivons une période très difficile. Chacun n’en est peut-être pas conscient. Depuis jeudi dernier, le fédéral et les entités fédérées ont pris la mesure de l’enjeu, en dictant des recommandations de confinement, de distanciation sociale. Ces mesures ont pour but d’enrayer la propagation du Covid-19 mais surtout d’éviter l’engorgement de notre système de santé.
L'efficacité de ces mesures passe par la responsabilisation de chacun, jeune ou moins jeune. Du renoncement aujourd’hui à certaines libertés dépendront les libertés de demain.
Certains comportements observés ces derniers jours confinent à l’étonnement voire à l’absence de conscientisation de la réalité que le Covid-19 nous rappelle chaque jour, dans les chiffres ou dans l’isolement de pans entiers de notre population.
Ces constats sanitaires et comportementaux posés, il est évident que les pouvoirs publics doivent avoir un rôle de premier plan à jouer, notamment par rapport aux conséquences directes de cette crise sanitaire.
Ainsi, la fermeture des commerces, des restaurants et des bars conduira à de possibles faillites. Les petites et moyennes entreprises sont confrontées notamment à des pénuries d’approvisionnement et d’écoulement de leur production, quand cette production est encore possible! Le secteur des titres-services, déjà en difficulté avant la pandémie, souffre directement et concrètement du confinement de nombreux particuliers faisant appel à leurs services. Le tourisme, nos aéroports, plusieurs autres secteurs sont très largement impactés.
Où que l’on pose le regard, cette crise sanitaire met largement à l’arrêt presque toute l’activité sociale, économique, culturelle de notre Région. Aucun secteur n’est épargné!
Face à cette réalité, il nous faut agir, pour la santé des personnes avant tout, mais aussi pour venir en aide à tous les secteurs impactés.
Ceci nécessite une réaction en temps réel, qui ne peut souffrir d’aucune lenteur. A situation exceptionnelle, réaction exceptionnelle. Notamment dans les procédures d’adoption, parfois lente, de textes décrétaux.
Le passage par l’octroi de pouvoirs spéciaux au Gouvernement est une première pour la Wallonie. Ce n’est pas banal mais c’est à la hauteur des enjeux du moment.
Ce n’est pas un chèque en blanc, dès lors que l’action du Gouvernement est cadrée par la possibilité de prendre toutes les mesures utiles pour prévenir et traiter toute situation qui pose problème dans le cadre strict de la pandémie de Covid-19 et de ses conséquences et devant être réglée en urgence sous peine de péril grave.
Cela peut paraître très large comme délégation, mais il n’en est rien.
Nous avons entière confiance dans la volonté du Gouvernement d’agir vite et fort pour répondre aux enjeux et aux conséquences de cette crise. De premières décisions ont déjà été prises, comme ce fonds extraordinaire de crise alimenté à hauteur de 100 millions d’euros pour venir en aide aux secteurs touchés.
Nous refusons la fatalité. Mais aucun ici ne peut s’arroger le droit d’une quelconque paternité ou d’une quelconque science exacte dans la résolution de cette crise. Les enjeux sont connus, les solutions ne sont l’apanage de personne. Nous devons jouer collectif. La population souhaite des responsables à la barre.
Je ne sais si c’est l’heure ici d’énumérer les mesures à prendre par le Gouvernement, mais celui-ci peut-il déjà nous tracer ses prochaines lignes d’action?
Sur un autre plan, avec la proposition de modification de notre règlement, à l’examen, nous avons mis aussi au point des procédures d’exception qui permettront au Parlement d’agir rapidement, sur le modèle de ce que nous faisons par exemple aujourd’hui.
Cette proposition permettrait ainsi au Parlement de prendre des décisions sans que la présence physique de l’ensemble des parlementaires soit requise. MAIS ceci ne pourrait intervenir que si des décisions de limitation de circulation des personnes étaient prises. Il s’agit donc bien d’une exception, la logique habituelle de présence physique subsistant en temps normal.
Chers collègues,
A situation d’exception, méthode d’exception.
Ce n’est pas de gaité de cœur que ces décisions doivent être prises, mais l’enjeu du moment est, je le répète, de répondre à toute urgence face à la pandémie du Covid-19. Nous ne connaissons pas l’évolution de cette pandémie, qui peut être plus tragique encore que ce que nous connaissons à ce jour.
L’urgence est là.
Nous tirerons toutes les conclusions de cette crise dans des temps moins troublés.
Cette crise est aussi révélatrice d’un système à bout de souffle, qui méritera d’être repensé.
Pour l’heure, le temps est à l’action, pour les citoyens, pour les personnes qui souffrent, pour les secteurs impactés, et j’oserais dire pour la Wallonie!

 
Intervention de Christophe COLLIGNON, ce mercredi 27 novembre 2019
Vign_PARLEMENT-NAMUR-PLENIERE-27NOV2019


L’aide aux ménages modestes pour l’acquisition de véhicules moins polluants

 

Dans plusieurs communes belges, des zones de basses émissions (ZBE), interdites aux véhicules les plus polluants et aux vieux diesels en particulier, ont été définies. Elles sont actives en région bruxelloise et dans quelques villes flamandes.

 

A son tour, le décret wallon du 17 janvier 2019 relatif à la lutte contre la pollution atmosphérique liée à la circulation des véhicules légifère la matière.

 

«Deux villes wallonnes vont embrayer: Namur et Eupen», annonce la Dernière Heure dans son édition du 21 novembre. «L’objectif est d’étendre le concept de ZBE à l’ensemble de la Wallonie dès 2030», y précise la porte-parole de la ministre Tellier.

 

Dans un article intitulé «Climat et pauvreté», l’Essentiel du 4 novembre 2019 évoque la situation de Pascale, une maman de 5 enfants vivant en Wallonie, en zone rurale:

«On n’a pas une vieille voiture par goût... on n’a pas le choix! A la campagne, les bus sont rares, chers et peu pratiques. Là où je vis, il n’y a pas d’alternative crédible à la voitureÇa coûte cher une voiture: l’essence, les réparations, l’assurance… On pourrait faire le choix de ne pas avoir de voiture, de ne pas bouger, mais alors on s’enferme…»

 

OUI à des mesures environnementales indispensables, mais PAS au détriment de nos concitoyens dans la difficulté. A l’instar, par exemple, de la «prime à la conversion» appliquée en France, la Wallonie ne doit-elle pas, impérativement et urgemment, se doter d’un dispositif permettant aux ménages modestes d’accéder plus aisément à l’acquisition de véhicules moins polluants?

 

Il est, à mon sens, essentiel que soient mis en place des mécanismes correcteurs ou incitatifs pour les personnes n'étant pas en mesure d'acheter des véhicules peu polluants.

 
 
Vign_20191126_L-Avenir-Local-Huy-Waremme_p-5-BERLICOT
 
 
Vign_593Confluent_entretien_Christophe_Collignon_1_

"Grand entretien", par Pierre Dulieu, dans le magazine namurois Confluent

 

Les élections du 26 mai 2019 ont renouvelé la composition du Parlement de Wallonie. Le socialiste Christophe Collignon a été élu à sa présidence, le temps que se constitue une majorité gouvernementale. Avocat de formation, bourgmestre de Huy, député depuis 2004, il était 1er vice-président du Parlement au cours de la législature précédente. Nous l’avons rencontré.

 

Monsieur Collignon, je viens vous voir à l’approche des Fêtes de Wallonie, pour m’entretenir avec vous de notre région et de sa représentation politique. Est-ce une nouvelle assemblée qui est sortie des urnes ?

Le PS, le MR et le cdH ont perdu des sièges, au bénéfice d’Écolo et du PTB. De ce fait, ces deux derniers partis peuvent désormais chacun former un groupe, ce qui leur donne droit à des dotations. D’une certaine manière, on peut dire que la représentation de la population est plus proportionnelle. Mais c’est un parlement au sein duquel aucune majorité claire ou naturelle ne se dégage.

 

S’il n’y a pas de majorité, le Parlement dispose cependant de la plénitude de ses pouvoirs, contrairement au gouvernement, toujours présidé par M. Borsu, qui expédie les affaires courantes.

Le Parlement se trouve dans une période de latence, dans l’attente de la formation d’un gouvernement. Celui-ci ne reste cependant pas sans contrôle car les députés peuvent lui adresser des questions écrites. En outre, nous avons d’ores et déjà mis en route la commission de contrôle des communications. Enfin, le Parlement de Wallonie ouvrira sa session dès le 4 septembre, au lieu du second mardi d’octobre comme au fédéral.

 

Vous avez également constitué votre bureau...

Le bureau, qui comprend le président, quatre autres membres, ainsi que le greffier, a notamment deux fonctions: une mission administrative, qui est de gérer l’institution et son personnel, et un rôle davantage politique, qui est d’organiser la vie parlementaire. Nous nous sommes déjà réunis pour organiser la session.

 

Le Parlement que vous présidez comporte de très nombreuses nouvelles têtes...

En effet, on estime à 40% le nombre d’élus qui n’ont aucune expérience de la vie parlementaire. L’âge moyen n’a cependant pratiquement pas changé (47 ans).

Ainsi, le nombre de députés sans aucune expérience est de 40% ; si l’on ajoute ceux qui n’ont fait qu’un mandat, le nombre monte à 64 % ! On ne peut donc pas parler d’une assemblée de professionnels ; ce sont bien de nouveaux parlementaires qui vont, en majorité, voter les décrets et contrôler l’action du gouvernement. Il est en outre surprenant de constater qu’un nombre important d’élus est issu de la sphère politique, dépourvu donc d’un métier autre que celui exercé au sein d’un parti.

 

À quoi attribuez-vous ce renouvellement ? Au décret sur le décumul ?

Il a eu une certaine influence, puisque, à l’exception de 25% des plus hauts taux de pénétration sur chaque liste (soit un total de 13 députés), les bourgmestres et échevins qui ont été élus ont dû choisir entre leur mandat de député et leur mandat local, et généralement ils ont opté le mandat local.  Mais ce n’est pas l’unique raison. Celle-ci tient à l’arrivée en force d’élus Écolo ou PTB, ainsi qu’à l’évolution de la conception du mandat de parlementaire.

 

Que voulez-vous dire ?

Autrefois la fonction de parlementaire était davantage exercée de manière permanente. Aujourd’hui, la tendance est à des mandats plus courts. Cela correspond à une volonté des électeurs et au désir des élus d’avoir d’autres expériences professionnelles ou de vie. Vous savez, la fonction d’un parlementaire est très exigeante et elle n’est plus, comme dans le passé, reconnue par la population.

 

Pourtant la politique est un virus. Quand il est en vous, il ne vous lâche plus...

Aujourd’hui, ce n’est plus vrai. La dernière législature nous a fourni plusieurs exemples de femmes et d’hommes qui ont quitté la politique. Après avoir consacré quelques années de leur vie à la chose publique, ils ont choisi de privilégier leur vie de famille, leur métier ou d’autres occupations sociales moins exposées. Les réseaux sociaux, qui sont souvent agressifs à l’égard des politiques, contribuent à accentuer cette tendance.

 

Ce n’est pas le cas des bourgmestres et échevins...

Disons que c’est, en tout cas, moins le cas des bourgmestres et échevins. En effet, le mandat local reste encore un maillon solide qui lie les élus et la population. Il est souvent plus gratifiant, car on peut, à ce niveau, réaliser des choses très concrètes. Personnellement, j’estime que les mandataires locaux enrichissent le Parlement de par leur expertise de terrain.

 

Va-t-on vers de nouvelles réformes ?

Concernant le statut des parlementaires, notre assemblée va certainement se pencher sur la question des indemnités de sortie. Attribuées aux députés en fin de mandat, celles-ci doivent leur permettre de se retourner. Ces compensations suscitent le débat public, et nous ne pouvons laisser croire qu’il s’agit d’un privilège réservé à une caste. Il conviendra donc de trouver le juste milieu en préservant l’objectif poursuivi tout en évitant qu’elles ne représentent un avantage excessif.

 

Le Parlement wallon n’a pas l’audience qu’il mérite...

Malheureusement non. Pourtant, avec les réformes de l’État qui sont intervenues, il aura à prendre des décisions de plus en plus importantes pour la vie des Wallons. Ceux-ci doivent s’en rendre compte. C’est avec cet objectif que nous ouvrons nos locaux à d’autres activités que les nôtres (ex. : des colloques scientifiques), que nous multiplions les panels consultatifs, que nous avons élargi le droit de pétition et facilité la procédure de consultation populaire, que nous associons les citoyens à l’élaboration des décrets via une plateforme numérique. Il importe qu’ils puissent amener leurs préoccupations à l’agenda politique, entre deux scrutins électoraux. Les Wallonnes et les Wallons doivent pouvoir s’approprier leur Parlement. Dans cet esprit et pour certaines thématiques, procéderons-nous peut-être demain à l’installation de comités constitués par tirage au sort...

 

Parlons un peu politique, voulez-vous ? Nous avons voté le 26 mai et trois mois après, il n’y a pas encore de gouvernement, ni fédéral, ni régional... (NDLR : à l’exception du gouvernement de la Région bruxelloise et de celui de la Communauté germanophone).

Au niveau wallon, les choses s’accélèrent. Du côté du fédéral, en revanche, est-il normal que l’on consacre le quart d’une législature à la formation d’un gouvernement ? Cela montre bien que nous sommes au bout d’un système. Notre rapport avec le Nord est de plus en plus compliqué. Il faudra sans doute en tirer les conséquences.

 

Une nouvelle réforme de l’État ?

Les dernières réformes institutionnelles ont été plutôt subies par les Wallons. Bien plus, les décisions prises par les ministres flamands – en dehors donc de toute réforme de l’État - sont généralement conçues en fonction des seuls intérêts de la Flandre. Prenez la réforme de la justice, la répartition des crédits de la SNCB, les quotas de médecins... L’État s’est flamandisé.

 

Ce constat devrait vous conduire à réclamer plus d’autonomie...

Vous savez que je suis un régionaliste convaincu. Je pense que la Belgique représente encore une plus-value pour les Wallons, mais elle est bloquée du fait de l’affrontement permanent entre nos deux Communautés. Il faut rechercher une formule qui contribue à l’apaisement. Et je n’en vois qu’une : une structure d’un État basé sur les Régions. Mais en même temps, je crois que la Flandre n’admettra jamais un système où trois voire quatre régions seraient sur pied d’égalité, alors qu’elle est aujourd’hui dominante en Belgique.

 

Que peuvent dès lors faire les Wallons ?

Ils doivent prendre leur avenir en main en construisant un projet qui apportera de la prospérité. Nous en avons la possibilité : voyez notamment l’essor des aéroports de Liège et de Charleroi. Nous pouvons aussi réorganiser nos propres institutions pour les rendre plus efficaces. Prenons l’exemple de l’école : les besoins de Bruxelles et de la Wallonie sont tout à fait différents. Que chaque Région puisse organiser les structures de l’enseignement comme elle l’entend ! Il faut le faire de manière pragmatique. L’école a pour mission de transmettre des savoirs, mais aussi de permettre à chacun de trouver sa place au sein de la société. A quoi sert d’élaborer un plan Marshall si ce n’est pas pour permettre à nos travailleurs d’occuper des postes disponibles. Qu’on donne à la Wallonie la possibilité d’adapter son offre d’enseignement en fonction des besoins de ses différents bassins !

 

Un des grands chantiers du Parlement sera de voter un budget...

En tout cas, la première chose à faire sera de réaliser un monitoring de nos finances. Il y a des dérapages, qu’il faudra rectifier. Mais en même temps, il faudra dégager des moyens pour des besoins urgents.

 

Quels besoins ?

Nous devrons, par exemple, nous mettre au chevet des communes. Elles ne vont pas bien. Les décisions prises par le Fédéral en matière de pensions, des zones de police et de secours, obèrent sérieusement leurs finances. Nous devrons aussi mener une politique ambitieuse en termes d’investissement. Il y a certes de l’argent privé à mobiliser, mais le secteur public doit investir pour rendre confiance et jouer le rôle d’amorce. Dans le même objectif, il faut revoir nos procédures administratives d’octroi de permis et de subsides. Comme bourgmestre de Huy, j’ai mené des opérations de revitalisation. Ce fut un parcours du combattant ! Des avis s’ajoutent à des avis, des décisions à des décisions, parfois dans des sens différents. Il faut instaurer un principe de confiance entre les différents acteurs, qu’ils soient publics ou privés. L’administration doit être avant tout un service au public. A mes yeux, le politique doit rester à la manœuvre et l’administration doit constituer son bras armé.

 

Dans ce que vous dites, je ne vois pas de grande différence entre une politique de gauche et une politique de droite...

La Wallonie n’échappera pas aux grands défis de demain. Dans le cadre du vieillissement, par exemple, la « silver économie » peut se présenter comme une opportunité, un vecteur de développement. Je pense qu’un consensus peut se dégager pour concevoir un projet qui apporte de la prospérité et de la valeur ajoutée à notre Région. En tant que socialiste et homme de gauche, je souhaite apporter des marqueurs spécifiques. Si l’augmentation des salaires n’est pas une compétence régionale, la Wallonie dispose d’autres leviers pour rendre du pouvoir d’achat aux citoyens. Je pense, entre autres, aux politiques du logement, par le biais de la régulation des loyers ou de la baisse des coûts énergétiques au profit des plus modestes.

 

Comment ?

Il est anormal qu’un tiers de la population ne puisse accéder à la propriété et soit contraint de vivre dans des conditions souvent précaires en raison du mauvais état du bâti. Il nous faut mener des réformes ambitieuses en vue de favoriser l’accès à la propriété et mener des politiques coercitives pour adapter les loyers et ainsi permettre à chaque ménage wallon de vivre dans des conditions dignes du vingt-et-unième siècle ! Les solutions ne viendront pas des seuls services publics. Nous devons nous atteler à mobiliser le privé au travers de partenariats public-privé et trouver des formules permettant aux candidats investisseurs de contracter un prêt que leur refuse la banque.

 

Votre mandat de président pourrait se terminer dès que sera constituée la nouvelle majorité, car ce poste fait partie des mandats à répartir entre les partis. Quel est votre souhait ? Devenir ministre ?

Je me sens très bien dans mes baskets et j’estime disposer de suffisamment d’expérience et d’expertise pour qu’un poste à responsabilité me soit confié. Ceci étant, il appartient à mon parti de décider de la fonction au sein de laquelle je serai le plus utile.

 
Christophe Collignon préside le Parlement de Wallonie depuis le mardi 11 juin 2019
Vign_PW-DEPUTES-11JUIN2019
 
Gratuité de parking pour les navetteurs SNCB: une réelle nécessité!
Vign_PARKING-HUY-SNCB

Nombre d’habitants de l’arrondissement de Huy-Waremme se rendent au travail en utilisant les trains au départ notamment des gares de Huy, Waremme ou Landen. A proximité de chacune de ces stations a été aménagé un vaste parking destiné à accueillir les véhicules des navetteurs.
L’occupation du parking SNCB de la gare de Huy coûte 7,33 € par jour aux navetteurs et 17 € aux autres utilisateurs. Gratuit, l’accès au parking de la gare de Landen devrait prochainement être payant. Le parking jouxtant la gare de Waremme reste quant à lui accessible gratuitement.
Pour Christophe Collignon, la gratuité d’accès aux parkings SNCB s’impose.
A l’heure où les défis environnementaux constituent une priorité première, la gratuité des parkings doit constituer un moyen d’encourager les citoyens à utiliser les transports collectifs.
Dans les villes où sont implantées les gares, le coût impos­é du parking dans les infrastructures de la SNCB génère le déplacement des navetteurs qui se stationnent dans les rues adjacentes. Cette situation impacte la quiétude des riverains qui ne disposent plus de places pour se garer, ainsi que celle des commerçants locaux dont la clientèle se trouve aussi dépourvue d’emplacements. La Ville de Huy a ainsi été contrainte d’imposer l’application des zones bleues.
En 2008 déjà, Christophe Collignon déposait, au Sénat, une proposition de résolution en vue d’assurer la gratuité des emplacements de parking pour les abonnés de la SNCB. Dans le développement de ce texte, le sénateur évaluait alors la dépense annuelle d’un navetteur à quelque 200 €, pour ses seuls frais de parking. (Plus d'info sur ce texte en cliquant sur le lien ci-dessous)
Aujourd’hui, un client qui utiliserait quotidiennement le parking de la gare de Huy (230 jours de travail) devrait débourser annuellement plus de 1.600 euros! Considérant même une formule d'abonnement moins onéreuse ou une participation de l’employeur à ces frais de transport, l’impact sur le pouvoir d’achat du travailleur est indéniable.
En tant que bourgmestre de Huy, Christophe Collignon adressera tout prochainement un courrier circonstancié à la direction de la SNCB.
La Conférence des Elus de Huy-Waremme sera également saisie de la présente recommandation.
Christophe Collignon formulera par ailleurs une proposition de motion en ce sens, qu’il souhaiterait voir adopter par le Parlement de Wallonie.

 
 
Vign_48418784_2229081817137288_8505129818495385600_o

Le logement reste un défi majeur de la Wallonie, tout comme il occupe une place centrale dans la vie de chacun. La concrétisation d’un droit simplement proclamé dans la Constitution se trouve au cœur des préoccupations du PS et de l’action de ses parlementaires wallons.

 

Afin de soutenir l’acquisition de son logement mais aussi son adaptation à l’évolution de la vie, nous avons déposé une proposition de résolution visant à instaurer un mécanisme d’octroi de prêts à taux zéro pour les jeunes ménages ainsi que pour les personnes âgées ou handicapées afin de leur permettre d’adapter leur logement.

 

Ces prêts à taux zéro seraient destinés à financer:

– les frais d’actes notariés et les droits d’enregistrement (ou la TVA) liés à l’acquisition ou la construction de l’habitation propre et unique des jeunes de moins de 35 ans;

– les travaux nécessaires à l’adaptation du logement en vue de permettre aux personnes âgées de plus de 65 ans et/ou affectées d’un handicap ou d’une situation de dépendance d’occuper ou de continuer à occuper ce logement.


 
 

Droits de dotation ou de succession: allègement fiscal pour tous!

L'amendement porté par le député-bourgmestre Christophe Collignon a été accepté, ce lundi 17 juillet 2018, en commission parlementaire. Un allègement fiscal sera désormais accordé aux Wallonnes et aux Wallons, dans le cadre des droits de succession et de donation, pour encourager la réalisation de travaux économiseurs d'énergie.

 

"L’idée du député wallon Christophe Collignon était de mettre en place un allègement fiscal en matière de droits de succession et de donation pour inciter à la réalisation de travaux économiseurs d’énergie. La majorité MR-CDH s’est fait forcer la main et a accepté ce lundi notre amendement visant à étendre aux successions le mécanisme d’allègement fiscal que le gouvernement Borsus, dans son projet de décret fiscal, n’entendait initialement appliquer qu'aux seules donations immobilières. Dès lors, les Wallons, s’ils réalisent des travaux d’économies d’énergie, pourront bénéficier d’une restitution financière des droits de donation mais aussi des droits de succession"
(Groupe PS au Parlement de Wallonie)

Vign_37249571_2001404546571684_3314732639520292864_o
 
 
Vign_MANIF-PENSIONS-16MAI-DERMAGNE-MAGNETTE-COLLIGNON
NON À LA RÉFORME DES PENSIONS
Travailler durant toute sa vie, non, cela ne va pas de soi.
L’allongement de la carrière, non, cela ne va pas de soi. C’est le système qui impose ces règles.
 
Travailler jusqu’à l’âge de 65 ans, c’est déjà très bien.
 
Après une quarantaine d’années de labeur, il est temps de passer à autre chose. Chacun aspire alors à profiter différemment de l’existence, avec la garantie de disposer de moyens de subsistance corrects.
 
Et les aménagements de fin de carrière doivent devenir une réalité, dans la période qui précède une retraite bien méritée.
 
Oui, il est tout à fait possible de refinancer autrement les pensions que sur le dos des travailleurs. La globalisation des revenus et l’imposition de ceux du capital constituent une solution réaliste et efficace.
 
 

La liaison Tihange-Tinlot, un dossier primordial pour l'ensemble de notre région!

 La finalisation de cette liaison routière entre la Hesbaye et le Condroz est primordiale d’un point de vue de la mobilité, de la sécurité routière et du développement socio-économique de l’ensemble de notre région. Une enveloppe de 7,5 millions € réservée dans le plan Infrastructures 2016-2019 était supposée permettre l'achèvement du chantier. Voici quelques éléments apportés par le ministre Di Antonio, en réponse à la question parlementaire que je lui ai adressée.

 

Question parlementaire de Christophe COLLIGNON (22 février 2018)

L’état d’avancement de la liaison routière Tihange-Tinlot reliant l’autoroute de Wallonie (E42) et la route du Condroz (RN 63) en traversant la vallée de la Meuse (RN 90), la liaison Tihange-Strée-Tinlot (RN 684) constituera un accès sécurisé à la Meuse, par le sud, notamment pour le trafic de transit. Elle doit permettre de résoudre d’importants problèmes de trafic local et d’insécurité, dont la traversée de Strée, l’accès à Huy par les Longs Thiers ou par la vallée du Hoyoux.

Inscrit au plan de secteur depuis 1981, le projet de création de la nouvelle voirie a commencé à se concrétiser en 2004, par l’ouverture du chantier de réalisation du premier tronçon, entre Tihange et le hameau des Neuf Bonniers.

En réponse à une question écrite que j’ai adressée au prédécesseur de Monsieur le Ministre, celui-ci indiquait ce qui suit, le 16 février 2016: «L’enveloppe de 7,5 millions d’euros réservée dans le plan Infrastructures 2016-2019 permettra d’achever cette liaison entre Tihange et Tinlot et je m’en réjouis» (sic).

Deux ans ont passé et les riverains du chantier se posent encore de nombreuses questions quant à l’achèvement de celui-ci.

En ce qui concerne la portion comprise entre le rond-point situé à hauteur de la centrale nucléaire de Tihange et Saint-Vitu, pourquoi n’est-il pas envisagé de poser un revêtement définitif sur le tronçon allant jusqu’au hameau des Neuf Bonniers?

Concernant le tronçon 2 (entre les Neuf Bonniers et les Gottes), «les travaux de terrassement sont en cours, l’entrepreneur dispose encore de 175 jours pour les achever, cette partie devrait être également terminée pour 2018», déclarait-il.

Monsieur le Ministre peut-il nous apporter toutes les précisions utiles quant à l’avancement du chantier de la liaison routière entre Tihange et Tinlot, dans ses différentes phases ?

Quel est le timing actualisé? Quand l’ouverture de la nouvelle voirie pourra-t-elle être effective ?

Concernant la demande relative à la pose d’un revêtement définitif sur le tronçon allant jusqu’au hameau des Neuf Bonniers, quelle réponse la plus adéquate peut-il apporter aux habitants concernés ?

 

Réponse du Ministre wallon Carlo Di Antonio (14 mars 2018)

Un montant budgétaire a effectivement été retenu au Plan Infrastructures 2016-2019 pour finaliser cette liaison.

Actuellement, les travaux correspondant à la réalisation du coffre de voirie du tronçon entre le giratoire des Neuf Bonniers et le giratoire des Gottes devraient se terminer en septembre selon les conditions météorologiques. Ensuite, courant du second semestre 2018, le revêtement en béton armé continu sera réalisé sur ce coffre de voirie. La phase 2 sera ainsi terminée. Toutefois, l’ouverture partielle à la fin de ce tronçon, comme convenu antérieurement, ne pourra être opérationnelle qu’après la stabilisation d’une paroi rocheuse afin d’éviter tout danger potentiel.

Par ailleurs, l’étude de la phase 3 correspondant à la réalisation du tronçon de voirie entre le giratoire des Gottes et le giratoire Saint-Vitu est en voie de finalisation. Cette partie comprend outre la voirie, la stabilisation de talus, la construction d’un pont, de 2 passerelles cyclopiétonnes, de deux bassins d’orage et d’un pertuis. Selon les procédures technicoadministratives, les travaux devraient débuter dans le courant du second semestre 2018, et ce pour une durée de 2 ans calendrier.

En parallèle, l’étude concernant l’aménagement de l’échangeur de Tinlot - comprenant notamment la démolition du pont de la N66 sur la N63, la réalisation de 2 giratoires, le dévoiement de la N66 - est en cours.

Selon les procédures technicoadministratives, ces travaux devraient également débuter dans le courant du second semestre 2018 pour une durée de 2 ans calendrier.

Lorsque tous ces travaux seront réalisés, la liaison pourra être complètement ouverte.

Vign_QE-CC-TIHANGE-TINLOT
 
CARTE BLANCHE
Vign_RTBF

Dérapage journalistique… ou politique?

 

La mise à pied d’un journaliste, mardi au sein de la rédaction de la RTBF, nous apparaît pour le moins interpellant, a fortiori lorsque l’on apprend que le «commanditaire» de cette mise à l’écart n’est autre que le président d’un parti «démocratique».

 

Un message, jugé polémique par certains, a été adressé, lundi soir par le journaliste concerné, à des membres du centre d’action laïque (CAL). Certes.

 

Mettant fermement en cause la politique migratoire du gouvernement fédéral présidé par le libéral Charles Michel, la missive n’a manifestement pas plu au président du MR, lequel aurait aussitôt joué de son influence auprès de la direction de la chaîne publique.

 

Faisant suite à l’intervention d’Olivier Chastel, le directeur de l’information Jean-Pierre Jacqmin et l’administrateur général de la RTBF Jean-Paul Philippot ont, sans attendre, suspendu d’antenne le journaliste visé.

 

Dans l’attente des résultats des investigations ertébéennes, plusieurs questions se posent, en termes de fonctionnement démocratique notamment.

 

Appartient-il à un président de parti, ou à tout autre responsable politique, d’interférer auprès de sa direction lorsqu’un journaliste, ou tout autre travailleur, est susceptible d’avoir enfreint certaines règles?

 

Appartient-il à un président de parti, ou à tout autre responsable politique, d’interférer auprès de sa direction lorsqu’un travailleur exprime une opinion de citoyen, soit-il ou non journaliste?

 

Sans préjuger de quoi que ce soit quant à la pertinence des propos tenus par le journaliste sanctionné et la manière de les avoir communiqués, des règles régissent le fonctionnement de notre démocratie.

 

Il est certes compréhensible que, au regard du contrat de travail qui les lie, la RTBF puisse réclamer des explications à l’un de ses employés. Mais il est inadmissible qu’une sanction soit infligée à un travailleur par le biais d’un président de parti, sous prétexte que ses pairs auraient été victimes d’une quelconque vexation.

 

Encore aujourd’hui, la liberté d’expression reste mise à mal dans nombre de pays. Le simple fait de mécontenter les autorités y suffit pour justifier une mise à l’écart, voire des sanctions bien plus graves encore.

 

Récemment pointée du doigt par Amnesty International, la Turquie, voisine de nos frontières européennes, s’illustre par la répression à l’égard de professionnels de l’information qui osent critiquer l’autorité. Pertes d’emploi, emprisonnements et fermetures d’organes de presse y constituent des moyens privilégiés pour faire taire d’éventuelles contestations.

 

Si nous n’en sommes heureusement pas là, la vigilance reste de mise.

 

Par l’élaboration d’une législation adéquate, la responsabilité du politique consiste à assurer à tout un chacun la possibilité d’exercer pleinement son droit d’expression, dans le respect d’autrui.

 

Le rôle du politique n’est a contrario pas d’influencer untel ou untel en vue de faire taire celles et ceux qui tiendraient des propos divergeant des leurs.

 

Au nom d’une déontologie journalistique prétendument bafouée, il est inacceptable de sacrifier la déontologie politique…

 

Christophe COLLIGNON

Député – Vice-président du Parlement de Wallonie

 
Aperçu non exhaustif de mes activités parlementaires et politiques (session 2016-17)
Vign_PW1710_RA_PS-COLLIGNON-2016-17
 

Le Groupe PS siffle la fin de l'utilisation des pesticides tueurs d'abeilles 

Ce jeudi 16 novembre 2017 en séance plénière, le Parlement de Wallonie a approuvé notre proposition de mise en place d'une stratégie visant l'interdiction de l'utilisation des néonicotinoides (pesticides tueurs d'abeilles). Dépositaire du texte, le Groupe PS salue cette décision!
Pour rappel, en 2015, la députée Christie Morreale avait déposé une proposition de résolution imposant l'interdiction des pesticides aux néonicotinoïdes en Wallonie. En suite de quoi, les commissions agriculture et environnement ont mené de nombreuses auditions et discussions.
Après un premier signal fort concernant le glyphosate, les députés adoptent, aujourd'hui, un texte qui place notre Région dans le camp des régions qui résistent aux pressions des multinationales et qui légifèrent en fonction de l'intérêt général et du bien commun.
Par cette résolution, le Parlement demande que le Gouvernement prenne les dispositions immédiates pour interdire l'utilisation sur son territoire de tous les pesticides contenant des néonicotinoïdes.
Pour l'usage professionnel, cette interdiction sera mise en œuvre partout où existent des alternatives moins nocives pour la santé et l'environnement, efficaces sur le plan agronomique et économiquement réalistes.
Pour le Groupe PS, il est indispensable de protéger les citoyens, l'environnement et la biodiversité, comme il est nécessaire d'accompagner, d'aider et de soutenir les agriculteurs dans les alternatives, de les soutenir en favorisant l'échange de bonnes pratiques. Il est également nécessaire de mettre des moyens dans la recherche pour trouver des alternatives dans les quelques secteurs où cela n'existe pas encore aujourd'hui.
Concrètement, la résolution demande également de défendre fermement:
- l'interdiction de ces substances au niveau européen;
- la concentration des moyens de la recherche sur des développements d'alternatives à ces insecticides;
- la mise en place d'une "task force néonicotinoides" regroupant les acteurs de la recherche;
- l'augmentation des moyens d'accompagnement aux agriculteurs;
- la facilitation d'accès aux semences non traitées.
Pour la députée Christie Morreale et le Groupe PS du Parlement de Wallonie: "Notre volonté est de protéger les professionnels et les particuliers ayant recours à ces produits, de protéger la population en général mais aussi l’environnement. De donner un signal clair à la Commission européenne, au Gouvernement fédéral et à la société civile afin d’utiliser tous les leviers dont nous disposons en Wallonie pour prendre notre part de responsabilité!"
#GroupePS #neonicotinoides #glyphosates #Parlementdewallonie

Vign_PW-INTERDICTION-NEOCOTINOIDES-CC-16NOV2017
 
Vign_CC-PARLEMENT-SEANCE-20SEPT2017

Appel de la plateforme du foncier agricole pour une réforme urgente du bail à ferme

Question d'actualité de Christophe COLLIGNON - Mercredi 20 septembre 2017 - Christophe Collignon - Parlement de Wallonie

 
Justification : dans une lettre ouverte publiée ce 19 septembre, la PFFA en appelle à une réforme urgente du bail à ferme qui favorise l'accès à la terre des jeunes agriculteurs. Que lui répondez-vous?

 

Question au ministre wallon de l'agriculture:

"Je ne vous ferai ni l'injure de vous rappeler les contributions de mon groupe dans le cadre de la réforme du bail à ferme, ni celle de vous rappeler tout ce que j'ai déjà pu vous répéter à plusieurs reprises en commission. La réforme du bail à ferme est urgente et cruciale dans le contexte d'un accès de plus en plus difficile à la terre!

Aujourd'hui, ce sont les organisations membres de la plate forme pour le foncier agricole (PFFA) qui tirent la sonnette d'alarme. Sous le régime actuel, le coût des terres en propriété est démesuré et l'accès au marché locatif, perverti, est fermé. La terre disponible sert le plus souvent à l'agrandissement des fermes existantes plutôt qu'au démarrage de nouveaux projets agricoles, tendance qu'il faut inverser d'urgence!

Au-delà de cela, on connait tous les effets pervers du régime actuel et le fait que la législation ne joue plus son rôle de régulateur.

Que répondez-vous aux organisations membres de la PFFA?

En juillet dernier, vous faisiez un énième pas en arrière en matière d'agenda annonçant la présentation d'un projet de décret en décembre. Serez-vous capable de respecter cet agenda?"

 
Redevance radio et télévision en Wallonie

J'ai demandé l'urgence pour exiger la suppression de la radio télé redevance, ce mercredi 12 juillet, en séance plénière du Parlement de Wallonie.

 

Le MR et le CDH ont fait le choix de la bloquer. 

 

Cette manoeuvre du MR et du CDH s'explique simplement parce que le dossier est déposé par le PS alors que tous les partis sont pour la suppression de la redevance et que les pistes de financement sont désormais définies.

 

Comprendra qui pourra...

Vign_tv-redevance-pw
 
 

Stop aux discriminations au logement !

 

Ce mardi 13 juin 2017 en commission des pouvoirs locaux, du logement et des infrastructures sportives du Parlement de Wallonie, Christophe Collignon a présenté une proposition de résolution contre les discriminations en matière de logement.

 

Cosignée notamment par ses collègues Joëlle Kapompolé, Latifa Gahouchi, Edmund Stoffels, Jean-Charles Luperto, cette proposition vise à faire de la Wallonie un modèle en matière de lutte contre toutes formes de discriminations.

 

Si le législateur a établi des règles destinées à réprimer ces déviances inacceptables, force est de constater que de nombreux cas de discrimination en matière de logement sont encore trop souvent mis au jour.

 

Dans son dernier rapport dont les chiffres viennent d’être diffusés en ce début juin, le service public indépendant de lutte contre la discrimination et de promotion de l’égalité des chances (UNIA) constate avoir ouvert davantage de dossiers en 2016, par rapport à l’année précédente.

 

«L’année 2016 est marquée par une augmentation de 31% du nombre de dossiers dans le domaine des biens et services. Cela représente 500 dossiers de discrimination, en majorité dans les secteurs du logement (37% des dossiers), où la plupart des dossiers concernent des refus de location d’un bien immobilier sur base du type de revenus des candidats ou d’un des critères dits raciaux (origine, couleur de la peau, …)», peut-on y lire.

 

Régulièrement avisé de telles dérives dans l’entité hutoise où il assure le mayorat, essentiellement des refus de location à des personnes émargeant au CPAS, Christophe Collignon attend une réaction rapide du législateur.

 

Conscients du fait qu’il ne s’agit pas là de cas isolés en Wallonie, Christophe Collignon et ses collègues parlementaires comptent sur le soutien du ministre du logement dans leur démarche.

 

En complément à cette proposition de résolution et exprimant la volonté d’aller plus loin encore dans la réflexion, Christophe Collignon suggère l’intervention d’un organisme spécifique de contrôle wallon, d’un organisme local ou l’élargissement des missions de l’inspection wallonne du logement.

 

Rédigée l'an dernier, la proposition de résolution présentée ce mardi 13 juin 2017 a été approuvée à l'unanimité des membres présents à la commission.

 

Pour lire le texte complet de notre proposition de résolution, cliquez sur l'image ci-dessous

Vign_DISCRIMINATION-LOGEMENT-VISUEL
Texte de soutien aux agriculteurs adopté le 22 mars 2017
Vign_GP_CC_agriculture
 
Vign_LOGEMENT-PERMIS

L'idée du député wallon Christophe Collignon d'imposer un permis de location pour tous les logements de Wallonie…

 

C’est le cheval de bataille du chef de groupe PS au Parlement de Wallonie, Christophe Collignon. Invité de Martin Buxant, il a détaillé son projet ce matin sur Bel RTL: "Le bâti en Wallonie est en mauvais état. Je suis très inquiet quand je vois mes concitoyens qui sont dans des logements insalubres, dans de mauvaises conditions et je souhaiterais qu’on puisse vérifier ces conditions de salubrité avant de louer un bien. Ça me parait un minimum. Pour pêcher, il faut un permis de pêche. Et bien pour louer un bien, je pense qu’il faut un permis de location."

Aujourd’hui, seuls les logements de moins de 28 m², comme certains kots pour étudiants, sont soumis à ce permis préalable délivré par les communes. Aucun permis n’est exigé pour les plus grands logements. Ce sont les locataires ou les autorités qui peuvent demander à la commune de venir vérifier la salubrité du logement qu’ils louent. Christophe Collignon, lui, veut renverser le système. "On prend le problème à la base. Ça me parait plus intelligent."
  (RTL Info)

 
 
Vign_CETA-14OCT2016

Motion déposée par les groupes PS, cdH et Ecolo, en conclusion du débat sur les projets de Traité CETA et de Déclaration interprétative du traité, adoptée en séance plénière du 14 octobre 2016 par le Parlement de Wallonie

 

Le Parlement de Wallonie,

Ayant entendu le débat sur les projets de traité CETA et de déclaration interprétative du traité,

 

A.    Vu l’Accord économique et commercial global (AECG/CETA) entre l’Union européenne (UE) et le Canada, finalisé le 26 septembre 2014 lors du Sommet bilatéral d’Ottawa;

 

B.    Vu la résolution du Parlement de Wallonie du 27 avril 2016 relative à l’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada;

 

C.    Vu la résolution du Parlement de la Communauté française du 4 mai 2016 relative à l’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada;

 

D.    Vu la résolution du Parlement francophone bruxellois du 3 juin 2016 relative à l’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada;

 

E.    Considérant les propositions de protocoles additionnels avec effet juridique contraignant à intégrer dans le texte du traité AECG/CETA formulées par les syndicats allemands (DGB) et canadiens (CLC) dans une déclaration commune le 15 septembre 2016;

 

F.    Considérant les appels répétés de la société civile réitérant l’inquiétude croissante de la population belge et européenne concernant les traités de commerce transatlantique de l’Union Européenne avec le Canada (AECG/CETA) et avec les États-Unis et leurs impacts négatifs entres autres sur la protection des services publics, le droit à réguler des États, la protection de la vie privée, les droits des travailleurs, les PME, la préservation du principe de précaution, le respect des normes sociales et environnementales et l’organisation des soins de santé, et réitérant leur demande aux Gouvernements et Parlements de ne pas signer le Traité AECG/CETA et de demander l’arrêt des négociations sur le Traité TTIP;

 

G.    Vu le projet de déclaration interprétative commune relative à l’Accord économique et commercial global (AECG/CETA) entre le Canada et l’Union européenne et ses États membres du 5 octobre 2016 et les versions modifiées qui ont suivi;

 

H.    Vu la déclaration de la Commission européenne concernant la protection des Indications Géographiques, le principe de précaution et la base juridique reçue le 12 octobre 2016;

 

I.    Vu les avis juridiques rendus par le Professeur Berhendt et le cabinet d’avocat CMS/DeBacker;

 

J. Vu l’absence de certitude concernant la portée juridique exacte du projet de déclaration interprétative conjointe soumise à examen ainsi que les nombreux doutes relatifs au degré de sécurité que peut fournir un tel commentaire interprétatif en cas de litige entre États ou entre investisseurs et État;

 

K. Considérant la nécessité de préserver le secteur agricole européen par l’instauration de mécanismes de sauvegarde pouvant être activés par chaque partie, la capacité de développer de nouveaux modèles agricoles, la nécessité de garantir l’application du principe de précaution aux produits agricoles et alimentaires, et de promouvoir les circuits courts, notamment dans un objectif de sécurité alimentaire, de sauvegarde de la vie des sociétés rurales et de la protection de la nature et de la biodiversité;

 

L. Considérant que le texte de la déclaration ne fait pas mention des PME et TPE qui sont désavantagées par rapport aux multinationales dans l’accord et qui subiront la concurrence de grandes entreprises et auront des difficultés tant techniques que financières à faire valoir leurs droits dans le cadre de l’ICS;

 

M. Considérant que la déclaration interprétative ne répond pas aux balises reprises dans la résolution du Parlement de Wallonie du 27 avril 2016 relative à l’accord économique et commercial global entre l’Union européenne et le Canada;

 

N. Vu l’absence de référence à l’inclusion de mécanismes de coopération pour le renforcement des réglementations financières et bancaires, l’échange de données et la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales;

 

O. Vu, malgré les demandes contraires, le maintien du principe de «listes négatives» dans le domaine de libéralisation des services qui constituerait un précédent dans un Traité européen et dès lors aurait des conséquences‡ pour les négociations commerciales futures;

 

P. Vu l’absence d’une exclusion claire et définitive des services publics et d’intérêts généraux, et en particulier dans le domaine des soins de santé, de toute libéralisation et indépendamment de leur mécanisme de financement;

 

Q. Vu l’absence d’inclusion de normes sociales et environnementales contraignantes et assorties de sanctions s’appliquant à l’ensemble des chapitres du Traité;

 

R. Vu le maintien d’une juridiction d’exception pour investisseurs étrangers en un mécanisme de règlement des différents Investisseurs-États (ICS), là où il n’est nullement démontré une quelconque nécessité d’établir un tel mécanisme entre États possédant des systèmes juridiques développés et fiables et dont les garanties d’indépendance et de transparence sont largement suffisantes;

 

S. Considérant la demande formulée au Gouvernement fédéral de solliciter la Cour de Justice de l’Union européenne par rapport à la compatibilité juridique de l’accord avec les Traités européens pour éviter qu’un accord incompatible avec les Traités soit conclu et pour ne pas procéder à la ratification de cet accord tant que la CJE ne s’est pas prononcée;

 

T. Considérant que les demandes telles que reprises dans la résolution d’avril 2016 d’agir en vue de solliciter l’avis de la CJE, de refuser toute mise en œuvre provisoire de l’accord et de donner la priorité, dans le cadre du CETA, à un mécanisme de règlement des différends d’État à État sur base de juridictions publiques existantes, et relayées par le Gouvernement wallon, n’ont pas été suivies d’effet;

 

U. Considérant que le droit plein et entier des autorités nationales, régionales et locales de réglementer dans l’intérêt général n’est toujours pas garanti;

 

V. Vu l’absence de modification formelle des dispositions de l’accord AECG/CETA entre le Canada et l’UE et ses États membres;

 

W. Considérant la tenue d’un Conseil des Affaires étrangères le 18 octobre prochain qui sera chargé d’officialiser la position de l’Union européenne sur l’AECG/ CETA;

 

X. Ayant procédé, le jeudi 13 octobre 2016, aux auditions de Monsieur Lametti, Secrétaire parlementaire de la Ministre canadienne du Commerce international Chrystia Freeland, de Monsieur Kohler, Docteur en économie, Economiste auprès des Nations Unies, de Madame Lepiece, Associée au Cabinet d’avocats CMS DeBacker, de Monsieur Paquot, Directeur du Département Economie, R&D et Affaires européennes de l’Union Wallonne des Entreprises, de Monsieur Cermak, chargé de recherche au CNCD 11.11.11 sur les questions commerciales et de Monsieur Delogne, porte-parole de la Fédération Unie de Groupements d’éleveurs et d’Agriculteurs (FUGEA).

 

Le Parlement de Wallonie:

         • acte la réception d’un projet de déclaration interprétative commune relative à l’Accord économique et commercial global (AECG/CETA) et des versions modifiées qui ont suivi, entre le Canada et l’Union européenne et ses États membres du 10 octobre 2016;

         • a procédé à l’examen desdites déclarations lors de la réunion de la commission chargée des questions européennes du jeudi 13 octobre 2016;

         • réaffirme ses exigences formulées dans sa résolution du 27 avril 2016 et considère que le projet de déclaration interprétative n’y répond pas, son effet éventuel restant juridiquement incertain et le Traité ne s’en trouvant pas substantiellement modifié.

         • demande au Gouvernement wallon,

1.    de maintenir son refus de délégation des pleins pouvoirs au Gouvernement fédéral pour la signature de l’accord AECG/CETA entre l’Union européenne et le Canada;

2.    d’agir auprès du Gouvernement fédéral afin de plaider auprès des institutions européennes afin que soient utilisés tous les moyens de droit permettant de répondre aux exigences exprimées dans la résolution du 27 avril 2016 et d’initier un réel processus de négociation transparent, démocratique et inclusif;

        • demande au Président du Parlement de Wallonie de transmettre la présente motion au Président de la Chambre des Représentants, à la Présidente du Sénat ainsi qu'au Premier ministre.

 
Vign_ITW_CC_3-10-16
 
Les itinéraires des TEC, désormais disponibles sur Google Maps

Depuis ce mercredi 6 juillet 2016, les usagers des bus TEC peuvent calculer un itinéraire en bus ou en tram sur Google Maps. Les horaires et itinéraires de l’opérateur wallon de transport ont été intégrés au planificateur de Google.

Comment ça marche?

1. Rendez-vous sur le site de Google Maps (en cliquant sur l'image ci-dessous).

2. Cliquez sur le losange bleu à la flèche blanche "itinéraire".

3. Encodez vos adresses de départ et de destination.

4. Sélectionnez le logo du transport public désiré (sauf la voiture et le piéton).

Votre itinéraire apparaît alors avec des parties du parcours à pied, en train, en bus...

Bonne route!

Vign_TEC_1
 
Vign_download-clip_20160620_le-soir-wallonie_p-4-5

«Ceux qui défendent la Wallonie sont obligés de critiquer le MR»

(Le Soir du 20 juin 2016)

Le chef de groupe PS au parlement wallon pointe le MR du doigt. En Wallonie, les libéraux s’agitent pour masquer l’action du fédéral. Et au fédéral, les mêmes nuisent à la Région. Ce qui impose aux autres partis de se montrer déterminés.

 

Ce lundi s’ouvre une nouvelle semaine parlementaire à Namur. Il y a dix jours, les travaux s’étaient achevés dans la confusion autour du nouveau code de développement territorial (CoDT). Le MR a poussé loin le bouchon de l’opposition: silence en séance! Ecolo s’est montré plus constructif en suggérant de recourir au Conseil d’Etat, et s’est attiré les louanges de la majorité. PS et CDH ont poursuivi leur marche en avant façon bulldozer. Les murs ont tremblé. Christophe Collignon s’est parfois emporté. Nous avons demandé au chef de groupe PS son sentiment pour cette reprise des débats.

 

N’a-t-on pas franchi cette fois une étape inédite dans les rapports majorité-opposition, surtout avec le MR ?

«Je ne le pense pas. Nous avons travaillé en commission sur le code depuis sept ou huit mois, trois jours par semaine. Un examen sérieux avec une majorité ouverte. Mais nous avons eu le sentiment que le MR cherchait à pinailler, à faire de l’obstruction, jusqu’à la caricature. Quand les libéraux ont quitté la séance, ils ont eu un retour de manivelle : la majorité a décidé d’avancer. En plénière, il y a eu un jeu tactique qui relève de la politique, mais on en est sorti par le haut parce que Ecolo a été constructif.»

 

Un dossier d’une telle importance ne mériterait-il pas une forme de consensus?

«Bien sûr, mais avec un tel état d’esprit, les plus patients finissent par en avoir ras le bol ! En vue de la plénière, j’ai encore tenté de trouver des accommodements avec le MR. Impossible ! Le plus important à mes yeux, c’est le respect du timing: le code sera voté avant le 21 juillet. J’espère que l’incident ne laissera pas de trace: je suis de ceux qui pensent qu’il faut travailler dans la sérénité. Et je ne suis pas du genre à dire que ce qui vient de l’opposition est forcément mauvais. Dans une démocratie, le rôle de l’opposition n’est pas simple, c’est vrai.»

 

Une occasion manquée de porter un grand projet en commun…

«Il faudrait pouvoir se mettre d’accord sur les grandes options. Les Flamands le font très bien tous partis confondus: quand c’est bon pour la Flandre, ils se serrent tous les coudes. On doit pouvoir tracer un sillon commun quand cela vaut la peine.»

 

Après deux ans, êtes-vous déçu par l’attitude du MR, principal parti d’opposition?

«Dans ce dossier, les libéraux sont dans une position schizophrénique: selon eux, le secteur a besoin du décret, mais ils font tout pour lui mettre des bâtons dans les roues. D’une manière générale, le MR est dans l’excès: après l’affaire de l’Office des déchets, il a jeté l’opprobre sur tous les fonctionnaires, sali la Wallonie et sa gouvernance. C’est excessif et mauvais pour le projet wallon. Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’à certains moments, le MR est en service commandé pour masquer l’action du fédéral qui manque d’adhésion dans la population. Il jette un écran de fumée pour masquer la contestation à l’égard du fédéral. Parfois, ça en devient grotesque.»

 

L’asymétrie entre le fédéral et la Wallonie pollue complètement le débat wallon…

«L’asymétrie n’est pas le problème. Le drame, c’est ce gouvernement fédéral extrêmement minoritaire sur le plan francophone. A partir du moment où la Flandre a la main sur l’Etat et que les économies se font surtout sur le dos de la Wallonie, il y a une évidence: si on veut défendre notre Région, comme le PS, on est obligé de critiquer le MR. Les économies sur le rail se font dans le sud du pays, le désinvestissement dans les prisons, c’est d’abord en Wallonie… Normal que les Wallons râlent davantage. La Wallonie est préjudiciée par le fédéral, objectivement. On peut discuter de la forme de la contestation, mais il faut bien dénoncer cette tactique du gouvernement Michel.»

 

En attendant, ce gouvernement fédéral réforme…

«Honnêtement, je n’ai rien contre les réformes, mais on ne peut pas toujours les faire contre les gens. Il faut obtenir une forme d’adhésion quand on amène des projets. Ici, c’est un gouvernement de la désunion, qui va rendre le pays en lambeaux. Jamais les divergences n’auront été aussi grandes entre nord et sud. Le fossé et l’incompréhension se creusent entre le monde ouvrier et la classe moyenne, pour faire bref. Le MR est complice d’une division totale.»

 

Mais le gouvernement wallon est-il à l’abri des reproches? Le MR et Ecolo ont été très sévères sur l’immobilisme de Paul Magnette.

«Le gouvernement wallon a réalisé des économies pour plus d’un milliard d’euros. Proportionnellement, cela vaut le fédéral. L’idéal reste de tenir la trajectoire qui prévoit le retour à l’équilibre en 2018, mais pas à tout prix en pratiquant l’austérité. A l’inverse du fédéral, le gouvernement wallon, quand il entreprend des réformes, le fait de manière concertée: cela prend du temps. Mais au moins, les acteurs de la société sont impliqués: gouverner, c’est n’est pas toujours affronter! C’est aussi essayer de faire adhérer à sa cause la société civile ou les leaders d’opinion pour définir un projet. Le gouvernement Magnette fonctionne. Voyez les décisions récentes sur le logement, la grille indicative des loyers. A titre personnel, j’aurais voulu aller plus loin, mais ce sont des mesures qui soulagent socialement la population.»

ERIC DEFFET

 

ANALYSE

Un ancrage wallon

Plus régionaliste que lui… Pourtant, Christophe Collignon est né un 21 juillet, jour de Fête… nationale, c’était en 1969. En plus de la naissance de ce futur grand gaillard, cette date est marquée par deux autres événements historiques: la première victoire de Merckx au Tour et l’arrivée d’Armstrong (l’astronaute pas le cycliste) sur la Lune.

La Lune, ce n’est pas le genre du bourgmestre de Huy. Dans la foulée d’un paternel (Robert), ancien ministre-président et ex-président du parlement, figure régionaliste de premier plan, Christophe Collignon a les deux pieds solidement ancrés dans le sol wallon qui l’a vu naître. Depuis lors, ou presque, il revendique des compétences plus larges pour sa Région.

C’est à nouveau le cas dans cet entretien où il est question de culture et d’enseignement: transférer l’exercice de ces compétences vers Namur semble nécessaire à notre interlocuteur.  «La Wallonie en a besoin pour grandir», martèle-t-il. Même si l’unanimité ne se fait pas (encore?) sur une question aussi sensible dans les milieux politiques comme dans les cénacles académiques.

Dans la foulée, Christophe Collignon coiffe aussi sa casquette de chef de groupe PS. Il n’est pas tendre avec le MR, opposant à Namur et aux affaires rue de la Loi. Chou vert et vert chou selon lui: «lorsqu’ils critiquent l’action du gouvernement régional comme lorsqu’ils exercent le pouvoir au niveau fédéral, les libéraux nuisent à la Wallonie.»

E.D.

 

 
 
Vign_LOGEMENT-DISCRIMINATION

Inacceptable discrimination au logement

Question déposée le 14 mars 2016 par Christophe COLLIGNON au Ministre Paul FURLAN

"Plusieurs études, dont celle du Centre interfédéral pour l'égalité des chances, démontrent qu'au moment où l'on visite un logement, au moment de signer le bail ou tout au long de la location parfois, des personnes sont victimes de discrimination en fonction de leur origine, de leur orientation sexuelle, ou sur base de leur «fortune». Encore récemment, une excellente enquête effectuée en caméra cachée a malheureusement confirmé ces constats.

Depuis la sixième réforme de l'État, la Région a désormais l'opportunité de modifier/adapter la législation actuelle en matière de baux. Depuis un an, Monsieur le Ministre a avancé et déposé plusieurs notes d'orientation mais en ce qui concerne cette problématique bien spécifique, je souhaiterais avoir un suivi actualisé car il est important que l'Autorité publique donne un signal fort pour dénoncer, lutter et si nécessaire sanctionner ce genre d'attitude qui est inacceptable. Ce ne sont pas seulement les personnes d'origine étrangère qui sont "bannies", mais également les personnes autochtones les plus démunies, les femmes seules ou avec enfants à charge.

Très concrètement, en sachant que Monsieur le Ministre arrivera avec une note notamment sur le bail locatif en juin 2016, quelles initiatives compte-t-il prendre pour lutter, au plus vite, contre ces discriminations avec les outils déjà existants? Quelles sont les propositions des acteurs de terrain en la matière?

Aussi, il existe déjà des dispositions contraignantes comme celle obligeant l'affichage du montant du loyer ou des frais communs lors de la mise en location d'un immeuble mais celles-ci sont très peu respectées. Ne faudrait-il pas, à l'instar du respect de l'affichage de la PEB (Performance énergétique des bâtiments), augmenter les contrôles et sanctionner le cas échéant ?"

 

Proposition de résolution visant au redéploiement économique des centres urbains des villes de Wallonie

déposée par Christophe Collignon, Dimitri Legasse, Nicolas Martin et Hicham Imane


Résumé

L’une des priorités de la Wallonie doit être de ramener les chalands en centre-ville et d’améliorer l’offre qualitative.

La présente proposition de résolution demande donc la constitution d’un fonds régional assorti d’un droit de tirage (pour les communes) alimenté par les recettes d’une taxe sur les grands ensembles commerciaux situés en périphérie.

Elle entend encourager le concept de rénovation à celui de redynamisation commer- ciale, et donner aux communes des leviers permettant d’acquérir des cellules commer- ciales non occupées.

Elle propose d’affecter les recettes du fonds régional aux communes pour leur permettre de mettre en œuvre des projets de soutien au commerce.

Ces mesures pourraient être intégrées dans le Plan commerce du Gouvernement wallon.

  

Développement

Le centre-ville a toujours constitué le cœur du pouvoir d’attraction des communes. C’est là que se sont concentrées, au fil des siècles, les différentes fonctions de la ville: logement, commerce, administration, pouvoirs régaliens (justice, police, armée...).

Avec le temps et la libération de terrains situés en périphérie, de nombreuses activités se sont progressivement déplacées à l’extérieur des villes: zonings, campus universitaires, centres d’affaires, hôpitaux (...) mais aussi, plus particulièrement au cours de ces 15 dernières années, le commerce.

Le développement de centres commerciaux de périphérie a en effet connu un développement exponentiel durant cette période. L’importance des rendements financiers générés pour les investisseurs, l’attractivité de ces centres pour les chalands (à l’abri des intempéries, à l’accès facile, au parking gratuit etc.), les emplois générés aux yeux des collectivités publiques ont accentué cette tendance. Ce phénomène a encore pris de l’ampleur avec la suppression de la loi dite IKEA, rendue nécessaire par la libéralisation prônée par la directive européenne dite «Bolkenstein». La fin de cette loi a en effet largement amputé les pouvoirs publics de leur capacité régulatrice, particulièrement en ce qui concerne les aspects socio-économiques, qui permettaient à une commune d’éviter une implantation commerciale si celle-ci avait pour conséquence de nuire au commerce établi.

En ce sens, la libéralisation a contribué à affaiblir le petit commerce indépendant face aux grands groupes commerciaux qui aiment s’établir en périphérie des villes.

La conséquence de ces différents phénomènes a engendré un affaiblissement considérable de l’activité commerciale de la plupart des centres urbains. Les cellules vides se sont multipliées, les flux de chalands ont chuté, la densité commerciale des centres-villes a diminué et la mixité commerciale s’est affaiblie. En parallèle, le montant des loyers réclamés dans les centres urbains est resté très élevé, alors que la crise bancaire de 2008 et le développement de l’e-commerce ont réduit les chiffres d’affaires réalisés dans le commerce traditionnel et urbain.

Si l’on ajoute à cela les désagréments liés aux problèmes de mobilité dans les cœurs de ville (travaux, présence d’horodateurs...) et le besoin des consommateurs de limiter tout obstacle à leur consommation, dans une société qui est devenue celle de l’immédiateté, le commerce de centre-ville se trouve aujourd’hui à la croisée des chemins.

Sans une intervention forte des pouvoirs publics, sa viabilité sera inévitablement remise en question.

C’est dans ce cadre que la Wallonie se doit d’intégrer le commerce dans la vision de la politique de la ville qu’elle compte développer au cours des prochaines années.

À cet égard, il faut noter que de vastes programmes de requalification urbaine ont été réalisés ces dernières années dans différentes villes wallonnes afin de renforcer l’attractivité des centres urbains. Mais la vocation des programmes soutenus jusqu’ici par la Région se concentre essentiellement sur la qualité de l’habitat. Cette politique devrait donc également concourir au renouveau économique et commercial, en soutenant et en encourageant le développement de projets permettant de renforcer l’attractivité commerciale des centres urbains.

Le moment choisi n’est pas neutre: les cœurs de ville enregistrent une augmentation du nombre de cellules vides (dont le taux atteint 23% dans les principales villes wallonnes). Ce phénomène n’est d’ailleurs pas propre à la Wallonie, la Région subissant une forme d’américanisation du commerce qui tend à se généraliser en Europe.

De l’analyse de la dynamique commerciale des centres-villes wallons, menée par l’Association du Management de Centre-Ville (AMCV) pour l’année 2015 à partir des données collectées par les asbl de Gestion centre-ville, il ressort une tendance globale à la dégradation. En effet, les trois indicateurs de performance retenus (à savoir la densité commerciale, le taux de cellules vides et les flux piétons) connaissent des évolutions négatives.

L’une des priorités de la Wallonie doit donc être de ramener les chalands en centre-ville: en effet, ce flux a diminué en moyenne de 16,5% dans les principales villes de la Région en l’espace de huit ans.

La présence de centres commerciaux en périphérie constitue bien entendu l’une des causes majeures de ce phénomène. L’enjeu pour le commerce de centre-ville est donc de maintenir son attractivité et de rétablir un équilibre dans la concurrence que se livrent ces deux pôles commerciaux que sont les centres urbains et leur périphérie. Cela doit passer par le développement de la densité, de la qualité et de la mixité commerciale et donc, par le lancement de nouveaux projets sur lesquels les communes doivent pouvoir disposer d’une capacité d’intervention. En effet, sans propriété foncière, il sera difficile aux communes de lutter contre le phénomène des cellules vides ou de la précarisation du commerce (développement des magasins de nuit, des solderies...)

On le sait, le tissu urbain se caractérise par de petites cellules souvent difficiles à exploiter pour des agents immobiliers professionnels dont les contacts se limitent souvent aux grandes enseignes. Il est donc essentiel que la ville puisse y jouer un rôle de régulateur et de stimulateur. Il est donc proposé d’agir de quatre manières différentes:

– d’abord, en constituant un fonds régional assorti d’un droit de tirage pour les communes, alimenté par les recettes d’une taxe sur les grands ensembles commerciaux de périphérie (qui pourrait par exemple être constituée à partir de la taxe communale sur les superficies commerciales et/ou sur les parkings des ensembles commerciaux de périphérie, dont le produit pourrait être régionalisé sans pénaliser les recettes communales actuelles);

–  ensuite, encourager le concept de programme de rénovation urbaine à celui de redynamisation commerciale, en rendant éligible un certain nombre d’acquisitions ou de travaux par les communes (parkings, cellules com- merciales avec maintien de leur nature commerciale...);

–  en renforçant le dispositif légal en matière d’expropriations, de manière à donner aux communes des leviers leur permettant d’acquérir des cellules commerciales non occupées ou occupées de manière précaire;

– enfin en affectant les recettes du fonds régional ainsi créé pour doter les communes concernées (sur base de critères à déterminer, relatifs à la situation de l’axe principal et du périmètre de l’hyper-centre en matière de densité commerciale et de taux de cellules vides) de moyens leur permettant de mettre en œuvre des projets de soutien au commerce (création de maternités com- merciales, acquisition ou rénovation de cellules, passa- tion de baux emphytéotiques, création de parkings...).

L’objectif de la présente proposition de résolution est d’encourager le Gouvernement wallon à intégrer le mécanisme présenté ici dans le Plan commerce qui sera présenté au Parlement de Wallonie dans le courant de l’année 2016.

 
 

Proposition de résolution visant à renforcer l’information et l’accessibilité des personnes en situation de handicap

par Christophe Collignon, Sophie Pécriaux, Joëlle Kapompole et Christie Morreale

 

 

Résumé

 

Pour permettre à chacun de s’épanouir pleinement, il apparait que des efforts doivent encore être entrepris pour garantir l’accessibilité des lieux publics et sites web publics aux personnes présentant un handicap visuel, auditif, intellectuel ou psycho-social. De même, l’accès aux transports en commun pour les personnes malvoyantes et malentendantes n’est pas aisé faute d’outils adaptés aux abords des arrêts ou dans les véhicules.

Il est dès lors demandé au Gouvernement wallon de renforcer l’accessibilité des administrations, des logements publics, des sites web, des transports en commun et de l’espace public pour les personnes présentant un handicap visuel, auditif, intellectuel ou psychosocial.

Il est demandé au Gouvernement fédéral de renforcer l’accessibilité des documents administratifs et des services de la SNCB.

Il est par ailleurs demandé aux autorités européennes et aux différentes autorités du pays d’étudier la mise en œuvre d’un «handipass».

 

 

Développement

 

En ratifiant la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées du 13 décembre 2006, la Belgique et les entités fédérées se sont engagées à faire de l’inclusion des personnes en situation de handicap une réelle priorité. En septembre 2014, le comité de suivi de la mise en œuvre de cette convention pour les parties prenantes a émis diverses recommandations à destination des autorités du pays fixant des objectifs à atteindre d’ici 2019.

Conformément à la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées, la dimension du handicap, la protection et la promotion des droits des personnes en situation de handicap se doivent d’être prises en compte dans l’ensemble des politiques menées par la Wallonie.

Au travers de la Déclaration de politique régionale (DPR) 2014-2019, le Gouvernement wallon réaffirme son attachement à la mise en œuvre de cette convention.

Cependant, si de nombreuses politiques et actions ont été développées au cours de la précédente législature afin de renforcer l’accessibilité des personnes à mobilité réduite au sein des lieux publics, le chemin pour une accessibilité de tous n’est pas achevé. Ainsi, afin de permettre à chacun de pouvoir s’épanouir pleinement, quel que soit son handicap, des efforts doivent encore être entrepris pour garantir l’accessibilité des lieux publics aux personnes présentant un handicap visuel, auditif, intellectuel ou psycho-social. Et de rappeler que le quotidien des personnes en situation de handicap s’apparente parfois à un véritable parcours du combattant lorsqu’il s’agit d’accéder à certains bâtiments ou documents.

Parmi les exemples concrets, sont cités les difficultés rencontrées par les malvoyants lorsqu’ils se rendent à l’administration pour y enlever des documents. Outre les soucis relatifs à la police de caractère et la mise en forme des documents, le parcours du combattant débute dès l’entrée dans le service puisque les panneaux indicatifs ou encore le système de «tickets» pour patienter ne sont que rarement adaptés à une lecture par les malvoyants. On citera également les difficultés rencontrées pour accéder aux transports publics avec notamment, l’impossibilité pour un malvoyant de lire le panneau d’affichage situé sur le bus lui permettant d’emprunter la ligne qu’il désire.

Les difficultés rencontrées concernent également les sites internet qui ne sont pas systématiquement adaptés afin d’en faciliter l’utilisation aux personnes avec un handicap visuel ou auditif qui possèdent un matériel facilitant la lecture ou la traduction du site.

L’accessibilité ne se résume pas à un ensemble de caractéristiques techniques des bâtiments, il s’agit également de renforcer l’accessibilité de ceux-ci en développant les chemins de l’accessibilité qui y mènent, par exemple, en favorisant des transports publics munis du système de synthèse vocale, des carrefours équipés de dalles podotactiles et de bornes sonores lorsque des feux rouges les équipent ou encore le placement de boucles d’induction magnétique à destinations des personnes malentendantes.

Afin d’accueillir et orienter au mieux les différents publics concernés, la formation du personnel s’avère également importante.

Pour les auteurs de la présente proposition de résolution, il s’agit avant tout d’aménager l’environnement dans une logique d’«accessibilité universelle» utile à tous les usagers, sachant que chaque citoyen peut à tout moment se retrouver en situation de handicap, qu’il soit temporaire ou définitif, pour des raisons liées à l’âge ou des circonstances médicales. Les signataires insistent également sur la nécessité absolue de permettre une réelle inclusion des personnes en situation de handicap afin d’assurer leur autonomie.

Outre le renforcement de l’accessibilité aux bâtiments, aux documents administratifs et aux outils internet, la présente proposition de résolution demande aux différents gouvernements de se concerter afin de mettre en place un «Handipass» qui permettra de faciliter la reconnaissance du handicap auprès des différentes administrations et pays de l’Union européenne.

  

 

Texte de la proposition de résolution déposé le 29 septembre 2015

 

Le Parlement de Wallonie,

A. Vu la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées du 13 décembre 2006, ratifiée par la Belgique le 2 juillet 2009;

B. Considérant le point 21 du rapport d’évaluation du Comité des droits des personnes handicapées des Nations-Unies, rédigé lors de la douzième session du Comité en septembre 2014 qui «s’inquiète de l’insuffisance d’accessibilité pour les personnes handicapées, qu’il n’existe pas de plan national avec des objectifs chiffrés clairs, et que le manque d’accessibilité ne soit pas suffisamment considéré comme un problème. Le Comité constate que les mesures gouvernementales se sont focalisées principalement sur l’accessibilité pour les personnes ayant un handicap physique et qu’il n’y a guère de mesures qui favorisent l’accessibilité des personnes handicapées auditives, visuelles, intellectuelles ou psychosociales»;

C. Considérant le point 22 du rapport d’évaluation du comité des droits des personnes handicapées des Nations-Unies, rédigé lors de la douzième session du Comité en septembre 2014 qui recommande à la Belgique «d’adopter un cadre juridique avec des objectifs précis et obligatoires en matière d’accessibilité, concernant les bâtiments, routes et transports, les services ainsi que l’accessibilité numérique.»;

D. Vu la loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre certaines formes de discrimination;

E. Vu le décret du 6 novembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination modifié par le décret du 19 mars 2009;

F. Considérant la Déclaration de politique régionale 2014-2019 dans laquelle le Gouvernement wallon s’engage à intégrer la spécificité du handicap dans ses politiques et veille à assurer la participation des personnes handicapées et de leur famille dans les décisions qui les concernent;

G. Considérant la même Déclaration de politique régionale dans laquelle le Gouvernement wallon propose de mettre sur pied un plan d’accessibilité étalé et réaliste afin de rendre les bâtiments, les transports et services accessibles aux personnes handicapées;

H. Considérant l’importance de favoriser l’inclusion et l’autonomie des personnes en situation de handicap;

I. Considérant la nécessité de renforcer l’accessibilité des lieux publics et des transports publics aux personnes en situation de handicap qu’il soit physique, visuel, auditif, intellectuel ou psycho-social;

J. Vu les articles 414 et 415 du Code wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, du Patrimoine et de l’Énergie (CWATUPe) relatifs à l’accessibilité des lieux publics aux personnes en situation de handicap;

K. Vu l’article 1, 16°ter, du Code wallon du Logement et de l’Habitat durable définissant les logements adaptables et l’article 22quater, au travers duquel la Région wallonne accorde aux ménages une aide en vue de rendre leur logement adaptable ou accessible.

 

Demande au Gouvernement wallon,

1. de renforcer les dispositifs d’information et de sensibilisation en direction des pouvoirs locaux concernant l’accessibilité des administrations et des documents administratifs pour les personnes en situation de handicap avec une attention particulière pour les malvoyants et en utilisant un langage accessible à tous;

2. de renforcer les procédures de contrôle a posteriori des aménagements permettant l’accessibilité des espaces publics aux personnes en situation de handicap tels que régis par le Code wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, du Patrimoine et de l’Énergie et prévoir des sanctions pour le non-respect de ceux-ci;

3. de renforcer l’accessibilité des bâtiments ouverts au public avec le développement du label Access-I notamment au sein des administrations et en étudiant, par exemple, la possibilité d’y généraliser le recours aux boucles d’induction magnétique pour malentendants et un parcours adapté aux malvoyants;

4. de renforcer l’accessibilité pour les malvoyants des documents administratifs émis par l’administration du Service public de Wallonie;

5. de développer le recours au langage des signes dans les administrations publiques wallonnes;

6. de renforcer l’accessibilité des sites web des administrations wallonnes avec la généralisation du recours au label «Anysurfer» et du recours au langage W3C ou Web Content Accessibility Guidelines (WCAG) qui permettent de vérifier qu’un site est compatible avec le matériel prévu pour faciliter l’accès des personnes déficientes visuelles ou auditives;

7. d’étudier la possibilité de développer un « handistreaming » au sein des politiques régionales et des matières transférées par la Communauté française visant à intégrer la notion de handicap dans ces politiques et développer la chaîne de l’accessibilité dans sa globalité lors de la prise de décision;

8. de poursuivre les efforts entrepris afin de développer des logements sociaux adaptables et adaptés aux personnes en situation de handicap;

9. de privilégier l’aménagement des voiries afin qu’elles soient totalement adaptées aux personnes en situation de handicap, par exemple, en généralisant le recours aux dalles podotactiles afin de signaler les obstacles et changements de direction et aux balises sonores dans les carrefours équipés de feux rouges;

10. d’accentuer l’obligation d’accessibilité des transports publics, tant dans les véhicules que dans le cheminement pour y accéder, pour les personnes en situation de handicap en portant une attention particulière aux personnes malvoyantes par exemple, en imposant dans les véhicules le recours au système de synthèse vocale permettant d’identifier l’arrêt ou encore en privilégiant des arrêts aménagés avec des dalles podotactiles, une signalisation adaptée et la compatibilité des arrêts avec les différentes applications pour malvoyants;

11. d’accentuer la sensibilisation de la population wallonne aux différentes formes de handicap afin de ne pas réduire ce dernier au handicap moteur, sachant que 80% des handicaps sont non-visibles;

12. de travailler avec les autres Régions et le Gouvernement fédéral à la mise en place d’un «Handipass» attestant du handicap afin que les personnes en situation de handicap puissent accéder facilement aux dispositifs et avantages particuliers mis à leur disposition (stationnement, gratuité dans les transports, réductions, etc);

13. de solliciter les institutions européennes afin de développer et créer un «handipass» au niveau européen, pour notamment garantir l’octroi de la gratuité des transports publics aux personnes concernées si ceux-ci ne sont pas adaptés aux différentes formes de handicap;

14. de solliciter les institutions européennes afin qu’elles décident de la mise en place d’une clause similaire à la «clause de l’Européenne la plus favorisée» adoptée en matière de genre concernant le handicap;

15. de solliciter le Gouvernement fédéral afin qu’il renforce l’accessibilité des documents administratifs aux malvoyants notamment les documents publiés au Moniteur belge;

16. de solliciter le Gouvernement fédéral afin qu’il permette de renforcer l’accessibilité visuelle et auditive des guichets automatiques de la SNCB pour l’achat des tickets de train et de site web;

17. de renforcer les réunions interministérielles relatives au handicap afin de mettre en œuvre avec les Régions, Communautés et le Gouvernement fédéral, l’ensemble des recommandations émises par le Comité des droits des personnes handicapées des Nations-Unies dans son rapport d’évaluation adopté en septembre 2014 ainsi que l’implication des associations représentatives du secteur.

 

Christophe COLLIGNON, Sophie PECRIAUX, Joëlle KAPOMPOLE, Christie MORREALE

 
Proposition de résolution relative à la définition des axes de la réforme du bail à ferme
par Christophe COLLIGNON, Graziella TROTTA, Patrick PREVOT, Philippe COURARD

  

Depuis toujours l’accès à la terre est une question cruciale pour les agriculteurs. De tout temps, ils ont dû défricher, acheter, louer des terres afin de pouvoir exercer leur profession. Cette question est toujours centrale aujourd’hui.

 

Même si on constate une décroissance continue du nombre d'exploitations agricoles en Wallonie depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, la pression sur le territoire reste grande puisque la surface agricole utilisée n'a pas ou peu diminuée et elle représente toujours 43 % de notre territoire.   Depuis le début des années 1990, la taille moyenne des exploitations a doublé et aujourd'hui, 70 % des terres agricoles sont mises en location que ce soit via le système du bail à ferme ou via d'autres systèmes plus précaires. 

 

Si la taille des exploitations a doublé, la zone agricole au plan de secteur mais surtout la surface agricole utile (c’est à dire l’ensemble de tous les terrains nécessaires à l’activité agricole) sont soumises à de nombreuses pressions : urbanisation croissante, zone d'activités économiques, développement d'une agriculture de loisir mais aussi augmentation de la surface forestière.

Plus interpellant, pour certains investisseurs, les terres agricoles sont devenues des valeurs refuges et on y constate deux types d'investissement. Premièrement, un placement purement financier : on immobilise du capital pour acheter de la terre en espérant qu'elle prenne de la valeur, surtout si elle est en zone urbanisable au plan de secteur. Deuxièmement, un placement plus économique : des sociétés de gestion agricole mettent des terres en location à des agriculteurs qui paient des locations non régulées, avec des contrats précaires ou saisonniers.

 

Ainsi, depuis près de 15 ans on assiste à une véritable envolée du prix des terres agricoles qui a doublé depuis l'an 2000. Cette hausse se marque encore plus au nord du sillon Sambre et Meuse. Néanmoins, il convient de souligner que cette hausse des prix des terres agricoles résulte souvent d’une concurrence exacerbée entre agriculteurs, souvent des plus riches au détriment des plus jeunes et des plus pauvres. C’est pourquoi il est indispensable de réguler le marché des terres agricoles. Dans ce cadre, le bail à ferme est un outil intéressant et centrale.

 

Le marché des terres agricoles en Wallonie est particulier puisque environ 1 % de la surface agricole utile (SAU) est vendue annuellement et que, dans 95 % des cas, c'est un agriculteur qui est l'acquéreur[1]. C'est un marché quasi immobile et donc si un jeune veut s'installer, sa seule chance, c'est la location.

La voie locative est donc la seule solution économiquement tenable pour garantir la pérennité de l’activité agricole wallonne dans les conditions difficiles que l'on connaît aujourd'hui. Notre bail à ferme est assez favorable au monde agricole. En effet, il protège le locataire agriculteur et lui permet de disposer d’un champs ou d’une prairie quasi toute sa vie.

 

Il est difficile d'établir un profil type du propriétaire de terres agricoles. Ce sont des agriculteurs (pour plus de 30% de la SAU), leurs successeurs, les descendants de propriétaires historiques, des industriels et leurs successeurs, des pouvoirs publics (communes, CPAS, …), Fabriques d’Eglise...

 

Aujourd'hui, le bail à ferme s'articule autour de deux lois : d'une part la loi du 4 novembre 1969 sur le bail à ferme et d'autre part la loi sur la limitation des fermages du 6 décembre 1988. La première organise le cadre générale de la location et la seconde fixe le montant des fermages auxquels les propriétaires ont droit.

 

On le voit, le cadre législatif est ancien et a été établi à une époque où la taille moyenne des exploitations agricoles était bien inférieure à 20 ha.

 

Initié en même temps que les premières politiques européennes, il avait un objectif : protéger les agriculteurs pour leur permettre de produire la nourriture dont la société avait besoin.

Or, aujourd'hui, tous les acteurs (agriculteurs, notaires, propriétaires, …) s'accordent pour dire que les lois sur le bail à ferme doivent être revues. Les faiblesses et la jurisprudence sont connues. Pour reprendre les termes d’un spécialiste en la matière « les excès et les fraudes de tous ordres conduisent toujours regrettablement à mettre en doute la qualité d’une législation, là où les critiques devraient davantage prendre en compte les velléités d’abus et d’éventuelles failles dans l’exercice de la mission de contrôle juridictionnel».[2]

 

Les faiblesses de la législation sur lesquelles les acteurs s'accordent sont la durée du bail, la façon dont on calcule le fermage, les problèmes de congé et de sous-location, la moins-value d'un terrain si le terrain est soumis à un bail à ferme.

 

Premièrement la durée. Les agriculteurs et les propriétaires s'accordent à dire que le système actuel qui prévoit que le bail ne prend jamais fin par lui-même, est obsolète et nuit plus à l'activité agricole qu'il ne la sert. Si le propriétaire ne remet pas un congé valable, il se perpétue quasi éternellement. Cela crée de la méfiance et de moins en moins de propriétaires sont enclins à mettre leur bien en location via le système du bail à ferme. Cette « quasi éternité » du bail à ferme est sa principale faiblesse.

 

Une solution qui pourrait être envisagée est de conclure des baux à durée déterminée qui prennent fin par eux-mêmes. Le mécanisme de 18 ans + 9 ans de reconduction tacite semble être celui qui recueille les avis les plus favorables.

 

Deuxièmement, comme on l'a constaté lors des dernières négociations pour l'établissement des loyers agricoles, il est de plus en plus difficile de calculer et de faire appliquer des fermages justes. Le calcul du fermage se fait par rapport au revenu cadastral de base multiplié par un coefficient établi tous les trois ans par les commissions provinciales des fermages. Or, outre la pression qui pèse sur les membres de ces commissions (3 représentants des propriétaires-bailleurs et 3 représentants des preneurs. Chaque commission est présidée par un fonctionnaire du service public de Wallonie) on constate que les fermages ne dégagent qu'un revenu très limité pour le propriétaire alors que des agriculteurs sont prêts à payer parfois plus de 10 fois le prix de ce fermage pour des baux précaires… Si l’objectif est de conserver un système de bail à ferme attractif pour les propriétaires, il faut leur garantir un certain revenu.

 

Troisièmement, la cession privilégiée qui devait protéger les repreneurs des fermes engendrent elle aussi des dysfonctionnements. Lorsqu’elle respecte les conditions de fond et de forme imposées par la loi, la cession privilégiée a pour effet le renouvellement de bail au profit du cessionnaire, c’est-à-dire qu’il va bénéficier d’un nouveau bail de 9 ans.

 

Quatrièmement, il ne faut pas perdre de vue qu'un propriétaire qui veut vendre son bien recevra un prix bien moindre s'il est soumis à un bail à ferme que s'il en est libre.

 

Cinquièmement, il convient de lever une certaine forme d'insécurité juridique liée au fait que la bail à ferme peut aussi être un bail oral.

 

Ces éléments ont poussé les propriétaires et les agriculteurs à développer des mécanismes visant à contourner le bail à ferme. C’est ainsi qu’un genre d'économie souterraine a vu le jour autour de ce qu’on appelle « le chapeau » qui permet à des terres d’être cédées entre fermiers moyennant le paiement de ce chapeau et il va sans dire échappant au fisc et à toutes autres règles. Les propriétaires des terres quant à eux préfèrent renoncer à conclure des baux à ferme et louent leurs terres via des contrats précaires.

 

On est arrivé à un point où une législation qui devait protéger les agriculteurs leur nuit.

 

Comme l’indique l’association des propriétaires ruraux de Wallonie, NTF[3] : « dans un contexte de marchés agricoles libéralisés et fiévreux, il est impératif que les jeunes entrepreneurs puissent disposer d’une assise foncière contractuellement sécurisée et prévisible pour pouvoir se lancer. L’outil de travail « terres » représente plus de la moitié des capitaux nécessaires à l’activité. Il est clair qu’à de très rares exceptions près, aucune installation de jeune ne peut  intégrer l’achat de l’immobilier. Le cadre locatif constitue dès lors la voie à privilégier car elle permet au preneur de consacrer ses moyens financiers à l’outil de travail non immobilier et lui évite de fragiliser l’entreprise.

 

Autre élément révélateur: l’incapacité du cadre actuel de répondre à certaines évolutions. Le monde change, les besoins et mentalités aussi. L’agriculture doit aujourd’hui faire face à de nouveaux défis environnementaux, sociaux et territoriaux, tout en garantissant sa fonction de base : produire davantage de nourriture et de biomasse pour répondre aux besoins d’une population croissante. Or, certaines opportunités d’évolution sont verrouillées par la Loi sur le bail à ferme. Par exemple :

·     la volonté de certains bailleurs de voir leurs biens gérés différemment (bio, haies, aménagements cynégétiques, …) est incompatible avec le cadre du bail  actuel. Le bail environnemental permettant dans d’autres pays de trouver un terrain légal à des engagements consensuels est impossible dans les conditions de la loi actuelle.

·     certaines voies de diversification sont contrecarrées par ce cadre légal contraignant : la mise en œuvre de projets agroforestiers est de facto limitée aux terres exploitées par un agriculteur propriétaire (< 30% des terres agricoles wallonnes). Dans le cadre locatif, pas d’issue pour le moment. »

 

Conscient de l’enjeu que représente l’accès à la terre pour les agriculteurs, le Gouvernement a voulu initier, avant la 6ème Réforme de l’Etat, une réflexion sur la politique foncière. C’est ainsi qu’est née l’idée d’une banque destinée à gérer le foncier agricole.

Elle s’est formalisée à travers le Code Wallon de l’Agriculture qui définit, en son titre 11, gestion de l’espace agricole et rurale, l’ensemble des mécanismes destinés à gérer la matière.

 

Force est de constater que, près de deux ans son entrée en vigueur, le CWA et plus particulièrement son Titre 11, n’ont pas eu d’effets tangibles sur le terrain. La banque foncière n’existe qu’à l’état embryonnaire et elle ne dispose pas des moyens nécessaires pour mener ses missions. Une banque sans moyen n’est rien de plus qu’une coquille vide.

 

Depuis le 1er janvier et l’entrée en vigueur de la 6ème Réforme de l’Etat, les Régions disposent de l’ensemble des leviers agricoles, en ce compris le bail à ferme. En effet, par la loi spéciale du 6 janvier 2014 relative à la sixième réforme de l’Etat, le législateur a entendu modifier l’article 6, § 1er, de la loi spéciale de réformes institutionnelles du 8 août 1980 en ses points :

·     IV, 2° "règles spécifiques concernant la location des biens ou de parties de biens destinés à l’habitation"

·     V, 3° "règles spécifiques concernant le bail à ferme et le bail à cheptel"

·     VI, 7° "règles spécifiques concernant le bail commercial".

En d’autres termes, la loi spéciale attribue aux Régions la compétence de fixer les règles relatives aux baux qui pourront s’écarter du droit commun, lequel reste la compétence du législateur fédéral.

L’agriculture est la politique européenne la plus intégrée. Depuis 1962, c’est l’Europe qui a pris la main sur la matière. Aujourd’hui, le cadre de travail de nos cultivateurs et éleveurs est directement inscrit dans la Politique Agricole Commune. La gestion du foncier fait partie de ces rares matières agricoles pour lesquelles les Etats membres restent compétents. S’il y a bien un moyen de donner à notre agriculture l’élan que nous souhaitons, c’est bien à travers la gestion de l’espace agricole. C’est pourquoi, nous devons, à travers les choix que nous poserons dans une nouvelle législation sur le bail à ferme, donner à l’agriculture wallonne un nouveau souffle.

Enfin, la DPR prévoit de mener une réflexion avec les parties concernées pour adapter la législation sur le bail à ferme afin de faciliter l’accès à la terre aux « agriculteurs actifs » et aux jeunes.

Pour les auteurs de la proposition, les axes de la réforme doivent être :

·      Garantir aux agriculteurs actifs un accès à leur principal outil de travail : la terre ;

·      Permettre aux agriculteurs d'exploiter les terres dont ils ont besoin sur une longue période afin de garantir, autant que faire ce peut, la pérennité de leur activité ;

·      Prévoir un cadre législatif tel qu'il permette le développement de l'économie rurale et l'installation des jeunes agriculteurs ;

·      Donner aux propriétaires les garanties quant à la récupération de leur bien à un moment précis ;

·      Prévoir des régimes de location différenciés pour les terres mises en location pour des pratiques culturales respectueuses de l'environnement (sans pesticide, bio, …) et pour les agriculteurs en fin de carrière ;

·      Prévoir un régime fiscal favorable pour les propriétaires mettant leurs terres en location à des agriculteurs actifs, et à contrario, prévoir un régime fiscal spécifique pour ceux qui ne le font pas ;

·      Eviter la multiplication des acteurs tout en gardant un cadre régulé pour la fixation des fermages.

 

Texte de la proposition de résolution déposée ce 30 septembre 2015

Le Parlement Wallon,

 

A. Vu les lois du 4 novembre 1969 sur le bail à ferme et du 7 novembre 1988 modifiant la législation sur le bail à ferme et la limitation des fermages ;

 

B. Vu la loi  la loi spéciale du 6 janvier 2014 relative à la sixième réforme de l’Etat ;

 

C. Vu le décret de la Région wallonne du 27 mars 2014 relatif au Code wallon de l’agriculture, plus particulièrement son Titre 11 ;

 

D. Vu la PAC 2015-2020 ;

 

E. Vu la Mission d'étude d'une délégation de la commission de l'agriculture et du tourisme sur les mécanismes mis en place en France en matière de politique foncière et plus particulièrement les sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (SAFER) à Sars-et-Rosières et le rapport qui a été rédigé (DOC 166 (2014-2015)-N°1) ;

 

F. Vu la journée de réflexion sur les enjeux et les évolutions nécessaires du bail à ferme organisée au Parlement wallon le 16 septembre 2015 ;

 

G. Considérant le rôle fondamental que jouent les agriculteurs en entretenant 43 % du territoire wallon ;

 

H. Considérant que la Wallonie encourage le maintien d’une agriculture familiale, plurielle, rentable, pourvoyeuse d’emplois et l’évolution vers une agriculture écologiquement intensive ;

 

I. Considérant que l’accès à la terre est un enjeu primordial pour les éleveurs et les cultivateurs wallons ;

 

J. Considérant les pressions que subit la surface agricole utile en Wallonie ;

 

K. Considérant la hausse spectaculaire des prix des terres agricoles en Wallonie au cours des 10 dernières années ;

 

L. Considérant que l'objectif de la réforme du bail à ferme doit garantir aux agriculteurs un accès à leur outil de travail : la terre. Et ce, pour une longue durée afin de permettre une certaine pérennité de leur exploitation ;

 

M. Considérant que la hausse du prix des terres agricoles est principalement due à une concurrence accrue entre agriculteurs, les agriculteurs les plus riches et les mieux installés « se servant » au détriment des plus jeunes et des moins puissants ;

 

N. Considérant que depuis la crise financière, les terres agricoles font figure, pour certains investisseurs et spéculateurs, de valeurs refuges ;

 

O. Considérant l’achat de terres agricoles en Wallonie par des holdings ou des sociétés de gestion agricole qui transforment l’agriculteur locataire en métayer ;

 

P. Considérant que la loi sur le bail à ferme, en voulant trop protéger le preneur, a induit une dérive qui veut que, peu à peu, le bailleur a perdu le contrôle de son bien et est devenu otage « à perpétuité »  dans son partenariat avec le preneur ;

 

Q. Considérant que le cadre légal actuel s’avère également paralysant et inhibiteur pour l’installation des jeunes ;.

 

R. Considérant que dans le cadre légal et financier actuel, un propriétaire qui remettrait à bail une terre libre d’occupation n’en tirerait aucun avantage patrimonial ;

 

S. Considérant que le loyer des terres agricoles est, et doit être, encadré par les pouvoirs publics ;

 

T. Considérant qu'on doit garantir aux propriétaires de retrouver leur bien à une date précise ;

 

U. Considérant que l'outil fiscal doit être privilégié pour inciter les propriétaires à mettre leur terre en location à des agriculteurs actifs. Il doit également être utilisé pour pénaliser ceux qui ne le font pas et être adapté aux société de gestion agricole ;

 

V. Considérant que désormais la Wallonie dispose de tous les leviers pour gérer cette matière ;

 

W. Considérant qu’il est indispensable d’équilibrer le cadre légal actuel ;

 

X. Considérant qu'une législation sur la bail à ferme bien adaptée sera propice au développement de l'économie rural ;

 

Y. Considérant qu'on peut prévoir des régimes de location différenciés pour les terres mises en location pour des pratiques culturales respectueuses de l'environnement (sans pesticide, bio, …) et pour les agriculteurs en fin de carrière ;

 

Z. Considérant que si le système est organisé de façon équilibrée, l'agriculteur n'est pas obligé de devenir propriétaire des terres qu'il cultive ;

 

Demande au Gouvernement wallon,

 

I. De revoir la législation sur le bail à ferme afin de permettre le maintien  d’une agriculture familiale, plurielle, rentable, pourvoyeuse d’emplois et l’évolution vers une agriculture écologiquement intensive ;

 

II. De travailler, à cette fin, en concertation avec le monde agricole et les propriétaires afin de permettre d’obtenir un équilibre entre ces acteurs ;

 

III. De mettre en place un système privilégiant un bail écrit de longue durée qui prend fin par lui-même, mettant fin ainsi au régime de la perpétuité ;

 

IV. D’encourager les propriétaires, via  des incitants fiscaux, à mettre leur terre en location à un agriculteur actif et à contrario, de les pénaliser si leur terre est louée à des sociétés de gestion agricole ;

 

V. De privilégier dans cette réforme l’accès à la terre aux « agriculteurs actifs » et aux jeunes agriculteurs ;

 

VI. De prévoir  des régimes de location différenciés pour les terres mises en location pour des pratiques culturales respectueuses de l'environnement (sans pesticide, bio, agroforesterie, …) et pour les agriculteurs en fin de carrière ;

 

VII. De maintenir la régulation publique dans le cadre de la fixation des coefficients de fermage.

 

 

Christophe COLLIGNON

Graziella TROTTA

Patrick PREVOT

Philippe COURARD


[1] Exposé de Monsieur Philippe Burny, professeur à l'ULG-Gembloux, Journée de réflexion sur les enjeux et les évolutions nécessaires du bail à ferme, le 16 septembre 2015 au Parlement wallon

[2] Journal des tribunaux, Le Bail à ferme jurisprudence 1996-2004, éditions Larcier, Etienne Beguin et Paul Renier

[3] http://ntf.be/bail-ferme

 
Session 2014-2015 au Parlement wallon

Un bilan résolument tourné vers l'avenir

L'année que nous venons de vivre au sein du Parlement wallon a été riche d'un travail parlementaire varié et assidu. Vous trouverez, dans le document (cliquer sur le lien ci-dessous), toutes les propositions que notre Groupe a défendues au cours de cette session.

Les bilans permettent de regarder dans le rétroviseur: savoir d'où l'on vient pour mieux décider où l'on souhaite aller. À cet égard, ils sont utiles, à la condition de ne pas se satisfaire de ce qui a été réalisé, mais de vouloir aller toujours plus loin dans l’action.

Si le travail parlementaire se traduit par des textes, il est clair que dresser un bilan sur cette seule base trahirait la réalité. C’est aussi sur le terrain, au contact de celles et ceux que nous représentons, que se façonne notre action dont le bilan, certes moins quantifiable, s’avère essentiel.

Le bilan tel que celui présenté aujourd'hui ne se prétend donc pas exhaustif. Il contient toute une série d'éléments qui illustrent le travail réalisé par notre équipe, que ce soit en matière de logement, d'action sociale, d'énergie, de relations internationales, de pouvoirs locaux, d'environnement, d'agriculture, etc.

Dans ce rapport, je retiendrai notamment la création de la Commission du Renouveau démocratique, installée il y a quelques semaines. Ce vaste chantier est ouvert, ses travaux seront nombreux.

Un enjeu important de cette nouvelle commission est de réconcilier les citoyens, leurs représentants et les institutions. On peut le constater, ce lien s'est étiolé au fil des ans. Or, on ne peut concevoir, dans une démocratie, que ce fossé se creuse.

Le présent bilan s’inscrit dans cette logique, il vous est destiné. Cet outil met en lumière les valeurs que nous défendons et le sens de notre action politique. Il participe, modestement, à ce défi de rétablir la confiance entre élus et citoyens.

Notre bilan est résolument tourné vers l'avenir. Il marque le début d'un nouveau cycle dans lequel le groupe PS du Parlement wallon s'inscrit pleinement et se veut une force de proposition innovante, créative et dynamique.

Bonne lecture... et belles vacances !

Christophe Collignon

Président du Groupe PS au Parlement wallon

Vign_PHOTO_GROUPE_PS_PW_010715_0005
 

CARTE BLANCHE 

Pour davantage d'équité dans la répartition des allocations familiales 

A l'initiative de quelques patrons, le système d'allocations familiales a été initialisé au début du 20ème siècle ; le législateur le rendant accessible à tous les salariés dès 1930 et à une majorité des travailleurs (dont les indépendants) dès 1937. L'objectif était clair : soutenir financièrement les familles dans l'éducation de leurs enfants.

D’initiatives privées, le système d’allocations familiales s’est mû en une compétence fédérale qui, au fil des années, s’est développée au point d’en arriver au système que nous connaissons aujourd’hui. C’était sans compter sur la sixième réforme de l’Etat qui transfère cette compétence dans le chef des régions. Ce transfert, à mon sens, constitue une opportunité qu'il nous faut saisir afin de répondre de manière adéquate et plus juste aux besoins de la population wallonne.

Nombre de familles et d’associations s’interrogent quant au devenir de ces prestations familiales et, en particulier, sur le sort réservé aux allocations familiales. Il s’avère crucial, à mes yeux, de garder en tête la valeur originelle de cette initiative patronale : l’éducation des enfants bénéficiaires. Dès lors, il m'apparaît essentiel de se poser les bonnes questions, quitte à remettre en cause nos représentations initiales du système en vigueur à l’heure actuelle.

La Ligue des familles émet avec raison le postulat selon lequel le premier enfant d’une famille coûte le plus cher. En effet, les parents doivent effectuer pour celui-ci des achats coûteux (chambre pour bébé, matériel de puériculture, meuble à langer, etc). Mais la Ligue s’arrête là, sur un constat connu de tous. Nous pensons qu’il faille pousser plus loin la réflexion.

Ce premier enfant coûtera-t-il aussi cher à un chef d’entreprise, à un cadre qu’à un travailleur au bas salaire ? Ce premier enfant coûtera-t-il aussi cher à une famille nucléaire dont les deux parents sont salariés qu’à une famille monoparentale. Sur cette question, l’UNICEF, ainsi que la Fondation Roi Baudouin, ont mis en avant la précarité de la monoparentalité, entraînant même de plus en plus fréquemment ces familles dans une détresse sociale et financière qui s’accentue au fil des années. Dès lors, pour aller plus loin, j'estime qu’il est essentiel, afin de sauvegarder une certaine forme de justice sociale, de mener rapidement une réflexion mettant en avant la nécessité d’aider les familles dont les revenus bas ont sans aucun doute des répercussions néfastes sur l’éducation de leurs enfants. Je pense sincèrement que la démarche entreprise par le gouvernement français caractérise, en soi, un progrès social qui a le mérite de retrouver les bases de notre société : l’égalité et l’universalité.

Christophe COLLIGNON - Président du Groupe PS au Parlement wallon

Problématique de la présence de galeries dans le sous-sol de Wallonie

Ayant interrogé le ministre Di Antonio, ce lundi 6 octobre 2014 en commission de l’environnement du Parlement wallon, je me réjouis d’apprendre certaines avancées dans ce dossier difficile, en particulier pour les citoyens et les communes wallonnes directement concernés par cette problématique de présence de galeries souterraines sous leur propriété.
 
Dans la réponse à ma question, le ministre nous apprend que la mise en place de la Cellule d’Aide et de Conseils Effondrement (CACEf) vient de franchir une étape importante, un protocole ayant été conclu le 30 septembre 2014 entre la DGO3 (direction générale opérationnelle de l’agriculture, des ressources naturelles et de l’environnement du Service Public de Wallonie), la DG04 (direction générale opérationnelle de l’aménagement du territoire, de l’environnement, du patrimoine et de l’énergie du SPW), la DGO1 (direction générale opérationnelle des routes et des bâtiments du SPW) et le Centre Régional de Crise de Wallonie.
 
Pour la situation particulière de Wasseiges (province de Liège), où une maison s’est effondrée et où une seconde propriété a dû être abandonnée par ses propriétaires suite à la présence de marnières en sous-sol, le ministre nous apprend que la Cellule d’Aide et de Conseils Effondrement offrira son appui au Centre Régional de Crise de Wallonie, notamment pour tirer les leçons des accidents survenus et découvertes, de manière à essayer d’éviter de semblables situations à l’avenir.
 
Dans sa réponse à ma question, le ministre précise encore que son administration lancera prochainement un marché de service juridique pour analyser et pouvoir déterminer les différents niveaux de responsabilité possibles en cas d’effondrement du sol. Le cahier des charges à ce propos est en voie de rédaction, ajoute le ministre.
 

Le Conseil des ministres a retouché vendredi la réforme des allocations d'insertion de sorte que celle-ci rencontre plus fondamentalement l'objectif d'une meilleure valorisation du travail. Le correctif vise plus particulièrement les personnes ayant quitté l'école et dont le travail à temps partiel (avec complément de chômage) n'était pas considéré comme tel au risque d'entraîner une exclusion.

En vertu de la correction apportée, la période de travail est bien considérée comme telle (et non plus comme une période de chômage) s'il s'agit d'un emploi à 1/3 temps au minimum pendant une période de six mois et plus.


La secrétaire générale de la FGTB Anne Demelenne s'est réjouie de cette évolution qui selon elle permettra d'éviter "la moitié des exclusions prévues en 2015". Pour rappel, la FGTB avait estimé à 55.000 personnes le nombre d'allocataires risquant l'exclusion en janvier 2015.
      

"Le PS et le sp.a sont revenus à la charge aujourd'hui, c'est un soulagement pour beaucoup de personnes", a souligné Mme Demelenne.

(Source: Belga - 25/4/2014)

 
 

L'abandon des clubs de football en salle par l'Union belge


Question du Député Christophe Collignon au Ministre du Budget, des Finances et des Sports

 

"Alors qu’allait débuter fin janvier 2014 l’Euro de football en salle, la branche francophone de l’URBSFA annonçait avec grande surprise la suppression des compétitions de futsal en Wallonie dès la saison prochaine. 


Une soixantaine de clubs sont concernés dans les provinces de Liège, du Hainaut et de Namur. Dans son argumentaire justifiant sa décision, l’Union belge évoque la diminution du nombre de clubs de fustal, le coût des structures en place et la position de l’Adeps qui estime qu’une seule fédération ne peut être reconnue et subsidiée par discipline sportive (deux actuelles : l’Union belge et la Ligue francophone de football en salle). 


La décision contente certains clubs de la Ligue, mais en déçoit d’autres qui se sentent trahis par l’Union belge.


M le Ministre a-t-il eu l’occasion de suivre ce dossier ? Peut-il nous préciser le fond de celui-ci ? Des solutions ont-elles été trouvées afin de ne pas pénaliser certains clubs et permettre au futsal de se développer là où il est actuellement pratiqué?"


Réponse du Ministre du Budget, des Finances et des Sports André Antoine

 

"Monsieur le Député évoque la décision de l’ACFF de se défaire du football en salle. Il est vrai qu’un certain nombre de cercles n’apprécient pas cette décision, tombée de manière trop unilatérale.


Comme vous le soulignez, le Décret du 08 décembre 2006 visant l’organisation et le subventionnement du sport prévoit de ne reconnaitre qu’une seule fédération par discipline.


Or, depuis 1991, l’URBSFA organise ses propres compétitions de football en salle, parallèlement aux compétitions organisées depuis 1970 par l’Association Belge de Football en Salle (ABFS), dont l’aile francophone (la Ligue Francophone de Football en Salle – LFFS) est reconnue par l’Adeps. La Ligue s’occupe des championnats provinciaux et l’ABFS, des équipes nationales ainsi que de ses 7 séries nationales, dans lesquelles les clubs de la FWB sont particulièrement bien représentés puisqu’on en compte 65 sur 96 !


Il est utile de préciser que l’ABFS n’a aucun lien avec l’URBSFA et l’UEFA. Cette structure est totalement différente avec ses propres fédérations continentales et internationales. D’ailleurs, notre équipe nationale de football en salle ABFS a remporté le Championnat d’Europe en 2012 en Biélorussie.


Lors de la reconnaissance de l’ACFF, mes services ont suggéré un rapprochement des 2 structures. Cette option n’a pu voir le jour. En effet, le rapport de force était totalement disproportionné.


L’ACFF comptabilisait pour la saison 2012/2013, 60 clubs affiliés (dont 40 pour le seul Hainaut) pour 3.500 joueurs, dont la moitié seulement ne joue qu’en salle. En outre, aucune compétition de jeunes et de vétérans n’était organisée faute d’équipes.


La LFFS recense 1.100 cercles, 1.600 équipes pour 25.000 joueurs, ce qui en fait incontestablement l’un des poids lourds du sport francophone. Les 2 parties ont établi une convention permettant aux clubs libérés par l’ACFF d’intégrer une série de même niveau au sein de la LFFS. Sportivement, il s’agit d’une aubaine pour les clubs de l’ACFF qui vont participer à des championnats complets.


L’ACFF reconnait sans peine que son aile de football en salle souffre d’un déficit récurrent, la taille critique n’étant pas atteinte pour financer la structure sur les seules cotisations.


Le paysage flamand est très différent. Le pendant flamand de la LFFS, la VZVW (Vlaamse Zaalvoetbalbond) ne compte que 16.000 affiliés alors que la VFV (Voetbalfederatie Vlaanderen), pendant de l’ACFF, en totalise près de 17.500.


Le football en salle francophone se porte bien. Le Président de la LFFS, Jean-Pierre Delforge, se félicite de pouvoir compter, dans de très nombreux clubs, des écoles de jeunes avec des filières complètes !


La Fédération planche, par ailleurs, sur un plan en 3 chapitres avec un expert en marketing de l’UCL afin d’intensifier la communication, la médiatisation et le recrutement dans le football en salle. Une réflexion sportive globale pour renforcer l’encadrement des jeunes et la promotion de la discipline auprès des filles est également en cours."

Le don d'organe peut sauver des vies!

 

Une proposition de résolution cosignée par Christophe Collignon a été déposée au Parlement wallon en vue d’encourager les pouvoirs locaux à la participation aux opérations de sensibilisation au don d’organes.

 

A. Considérant la loi du 13 juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d’organes (Moniteur belge du 14 février 1987) et particulièrement son article 10, qui autorise le prélèvement d’organes et de tissus chez tout citoyen belge ou étranger, domicilié depuis au moins six mois en Belgique, à condition que la personne n’ait pas manifesté son opposition de son vivant et que sa famille au premier degré ne s’y oppose pas;

B. Considérant l’arrêté royal du 24 novembre 1997 modifié par l’arrêté royal du 10 novembre 2012 relatif au Conseil belge de transplantation et particulièrement son article 4 définissant les missions du Conseil belge de transplantation en matière de promotion du don d’organes;

C. Vu la résolution relative à l’encouragement des pouvoirs locaux à la participation aux opérations de sensibilisation au don d’organes adoptée par le Parlement wallon le 20 juin 2012 (Doc. 584 (2011-2012) - N° 5);

D. Considérant le nombre relativement conséquent de personnes en attente d’une transplantation d’organe et la nécessité vitale que représente, pour nombre d’entre elles, l’obtention de l’organe;

E. Considérant la difficulté de répondre, dans les temps, à cette demande et le nombre de décès qui interviendraient en raison de l’impossibilité de trouver un donneur;

F. Considérant que la demande à la famille proche de prélèvement des organes et des tissus du défunt est une démarche délicate et que le temps consenti à la formulation de la demande et à la réflexion peut endommager irréversiblement les organes et les tissus sains;

G. Considérant que le consentement de son vivant du don d’organes permet d’éviter aux proches de devoir décider et assure le prélèvement des organes et des tissus sains dans les meilleurs délais et confère de ce fait à la transplantation de meilleures chances de réussite;

H. Considérant que par son décès, on peut sauver une ou plusieurs vies;

I. Considérant la nécessité d’une large sensibilisation du public afin d’encourager la population à compléter et introduire le formulaire pour la manifestation de la volonté concernant le prélèvement et la transplantation d’organes et de tissus après le décès; 

J. Considérant la relation privilégiée qu’entretiennent les communes avec leurs citoyens, en raison de leur proximité.

 

Le Parlement wallon demande au Gouvernement wallon:

 

1. de reprendre une initiative pour encourager les communes à sensibiliser les citoyens au don d’organes, notamment par le biais du bulletin communal ou du site web, et de proposer à chaque citoyen, lors de ses contacts avec l’administration communale, un temps de réflexion sur la possibilité de remplir directement les formalités relatives au don d’organes;

2. de se coordonner avec le Gouvernement fédéral afin que des actions de sensibilisation au don d’organes soient organisées à l’occasion des élections régionales, fédérale et européenne du 25 mai 2014;

3. de veiller à ce que des actions de sensibilisation au don d’organes soient reproduites à chaque élection;

4. d’inciter les communes à sensibiliser au don d’organes à l’occasion des élections régionales, fédérale et européenne du 25 mai 2014;

5. d’inviter les communes à informer la Région wallonne des initiatives prises en matière de sensibilisation au don d’organes;

6. de prendre, dans le cadre des compétences de la Région wallonne, toute initiative jugée utile dans le domaine de la sensibilisation au don d’organes.

7. d’inviter les communes à améliorer la signalétique au sein de leur administration afin de clairement identifier les guichets compétents pour recevoir les déclarations relatives aux dons d’organes.

 

Le soutien à l'emploi, une priorité du PS en Wallonie

 

Proposition de résolution relative au renforcement de la primauté du soutien à l'emploi dans les décrets d'expansion économique, déposée par Christophe Collignon et ses collègues Marc Bolland, Latifa Gahouchi, Olga Zrihen et AlainOnkelinx

 

A. Considérant les avancées significatives apportées par le Plan Marshall et le Plan Marshall 2.vert dans le redressement économique de la Région wallonne, et notamment les chiffres récemment présentés dans le cadre du «Rapport de mise en œuvre du Plan Marshall 2.vert sur la période 2010-2012»;

 

B. Considérant que depuis le début du premier Plan Marshall et aux deux tiers de la mise en œuvre du Plan Marshall 2.vert, on peut mettre en avant le bilan suivant:

— 46 388 emplois réputés créés ou prévus à terme;

— 31 165 aides directes aux entreprises;

— 417 985 formations suivies, dont 66.844 bénéficiaires du Plan Langues;

— 1 793 chercheurs financés;

— 1 845 hectares en termes de projets d’infrastructure.

 

C. Considérant que la priorité dans le cadre du redressement économique est le maintien et la création d’emplois de qualité en Région wallonne;

 

D. Considérant par ailleurs qu’il est fondamental de continuer à soutenir les efforts visant à développer la taille et la performance des petites entreprises, l’augmentation de la valeur ajoutée de la production et la protection de l’environnement;

 

E. Considérant qu’il est nécessaire de renforcer les garanties de création d’emploi par les entreprises bénéficiant de soutien public dans le cadre des décrets d’expansion économique;

 

F. Considérant qu’il est nécessaire d’analyser la performance des mécanismes actuels afin de veiller à ce que les primes octroyées soient de véritables récompenses pour les entreprises, qui veillent à intégrer cette problématique d’intérêt général qu’est la création d’emploi en Wallonie;

 

G. Considérant que la souplesse des régimes de soutien existant est un atout dans les efforts de la Région wallonne visant à faciliter l’ancrage et le développement d’activités économiques sur son territoire;

 

H. Considérant qu’il s’agit dès lors de mener un dialogue constructif avec le Gouvernement wallon afin de mener les réformes qui s’imposent tout en prenant en compte les besoins de flexibilité des investisseurs et des P.M.E. qui s’investissent en Wallonie.

 

Le Parlement wallon demande au Gouvernement wallon,

1. dans le cadre des primes à l’emploi, d’évaluer l’opportunité de favoriser l’alignement, aux grandes entreprises, de la condition d’atteindre des objectifs chiffrés de création d’emplois supplémentaires avant la libération de la partie de la prime liée à une condition d’emploi, telle qu’applicable aux petites et moyennes entreprises;

 

2. d’évaluer l’opportunité de conditionner le versement de la dernière tranche de la prime à l’investissement à la création d’emplois supplémentaires par rapport au niveau d’emploi existant au moment de la décision d’octroi de la prime, tant pour les petites et moyennes entreprises que pour les grandes entre- prises;

 

3. d’évaluer la faisabilité du conditionnement, à la fin des investissements, de la libération de la prime à l’investissement à une clause de maintien de l’emploi minimum, dans le cadre des incitants destinés à favoriser la protection de l’environnement et de l’utilisation durable de l’énergie.

 

Pour un meilleur accompagnement

des jeunes enseignants

 

Question écrite de M. Christophe Collignon à Mme la Ministre de l'Enseignement obligatoire

"L’accompagnement des jeunes enseignants est une problématique régulièrement traitée dans le cadre des travaux de la Commission Education. Je ne développerai donc pas les difficultés rencontrées par ces jeunes qui quittent souvent trop rapidement cette profession.

La récente étude participative sur l’évaluation de la formation initiale en a brossé un tableau très complet et salutairement critique des premiers pas dans le métier. Nous savons que la suite est tout aussi difficile.

Madame la Ministre, les discussions sectorielles actuellement en cours ont été évoquées dans la presse. Parmi les propositions que vous avez pu avancer dans votre document de travail, il y a un point spécifique sur l’accompagnement des jeunes enseignants.

Le tutorat est un système qui semble prometteur et simple à mettre en place. Il demeure cependant une série de questions en préalable, notamment sur le statut de ces heures de tutorat pour les «anciens» qui viendraient épauler les jeunes enseignants.

Madame la Ministre, ce dossier est-il encore d’actualité? Les demandes des syndicats sont-elles de cette nature quant à ce dossier? Quelles sont les initiatives qui ont été prise en faveur des enseignants débutant depuis le début de la législature ?

Il me semble que dans les réflexions qui ont cours sur la redéfinition du métier d’enseignant, il apparaît clairement que le métier doit clairement se définir au-delà des heures données en cours. Bien plus sur le rapport à l’établissement, sa dynamique et son projet."



Réponse de Mme la Ministtre

"La problématique de l’accompagnement des jeunes enseignants a effectivement été intégrée aux discussions relatives à la négociation de l’accord sectoriel. Dans ce cadre, il a été convenu de mettre sur pied un groupe de travail réunissant les représentants des organisations syndicales, des fédérations de pouvoirs organisateurs et de mon Cabinet.

Ce groupe de travail qui s’est réuni début juillet 2013 envisage la problématique sous les aspects suivants :

- A moyen terme, favoriser l’émergence de bonnes pratiques dans l’accompagnement des membres du personnel en début de carrière en mobilisant les moyens existants. Il s’agira de mettre en place des plans d’accompagnement obligatoire dans le chef de l’école et du jeune enseignant. Des panels de mesures devront être proposés afin de rencontrer au mieux les projets pédagogiques des établissements concernés. Ces mesures pourront être tant internes qu’externes à l’établissement.

- A court terme, mieux identifier les formations adaptées aux nouveaux enseignants et les réserver prioritairement aux membres du personnel en début de carrière. L’enseignant en début de carrière qui souhaite suivre des formations volontaires en informera au préalable son pouvoir organisateur afin que celui-ci puisse s’organiser en conséquence.

En outre, il est prévu que le groupe rencontre les chercheurs de l’UCL et de l’ULB qui ont publié, en avril dernier, une recherche relative aux enseignants novices de même que des chercheurs de l’UMons qui viennent également de publier sur ce sujet, afin de dépasser les constats et d’envisager d’autres actions possibles que les mesures proposées ci-dessus."

 
INTERVENTION AU PARLEMENT WALLON

Horizon 2022 - L'urgence de redéfinir un projet wallon

 

Monsieur le Ministre-Président, chers collègues, rassurez-vous, j’essayerai d'être concis, beaucoup de propos intelligents ont déjà été tenus aujourd'hui.

Je regarde M. Cheron. Vous nous avez gratifié d'une qualification relative au plan 2022, en parlant de «l'objet politique mal identifié», si j'ai bien retenu ce qui s'est dit en fédération. J'y vois, pour ma part, plusieurs raisons et plusieurs mérites à ce débat. L’heure avançant, et avant d’entendre avec délectation la réplique du Ministre-Président, je serai bref et synthétique.

Le premier mérite à souligner à cette démarche Horizon 2022 est la conviction de certains, que je partage, quant à un sentiment d'urgence à redéfinir un projet wallon, à remettre en place la dynamique wallonne.

Est-ce à dire que je considère que le Gouvernement a mal travaillé ou qu'il est apathique? Là n’est pas le propos. Nombre de plans ont été établis au cours de ces dernières années: le Contrat d'Avenir, le Contrat d'Avenir actualisé, le plan Marshall, le plan Marshall 2.vert… Je crois qu'ils ont chacun produit leur lot de réussite. Nous avons évoqué un retour de l'attractivité en Wallonie. Je pense même que la Flandre a tenté de citer en exemple le plan Marshall. Nous avons aussi, en son temps, retrouvé de l’ambition en matière d'exportation. Mais l’on doit aussi à la vérité de dire que les circonstances ont à présent changé et que ce sont précisément celles-ci qui me font parler de sentiment d'urgence.

Les circonstances, nous les connaissons. La crise économique, pressentie au départ comme bancaire et conjoncturelle, est en réalité l’une des plus graves que notre société doit traverser. Il s’agit d’une crise européenne, voire mondiale, à laquelle peu de pays échappent. Il y a donc cet élément-là qui est venu perturber l'ensemble des chiffres dans l'ensemble des pays.

Deuxième élément, ne perdons pas de vue que nous ne vivons pas isolés en Wallonie, dans un pays compliqué qui fait l’objet d’une sixième réforme de l'État, évoquée par M. Borsus. Nous allons accueillir de nouvelles compétences, et pas des moindres, qui toucheront le citoyen dans sa vie de tous les jours: soins de santé, fiscalité, activation de l'emploi... Peut-être le citoyen n'est-il pas encore suffisamment conscient du fait que son quotidien se décidera désormais davantage à Namur qu'à Bruxelles. Plutôt que d’afficher une frilosité dans l'acceptation du bout des lèvres des nouvelles compétences de la Wallonie, je crois qu'il convient de les activer afin qu’elles deviennent des opportunités nous permettant de coordonner nos politiques économiques. Je pense, par exemple, à nos politiques d'emploi et de formation. D'autres l'ont dit, mais je veux ici le répéter avec force.

Troisième aspect, peut-être le plus important à mes yeux, et qui a motivé le plan Horizon 2022: le mécanisme de la loi de financement. La loi de financement entre les entités fédérées va singulièrement changer. Si nous voulons garantir un même niveau de vie, une même activité et un même bien-être à nos populations, nous aurons à mettre en œuvre un projet ambitieux, qui nécessitera que l’on active nous-mêmes les recettes. Il en va de notre responsabilité politique, nous n’avons pas droit à l’erreur.

Ces éléments me poussent à dire que le mérite de poser ce débat est effectivement de voir la réalité en face et de considérer le sentiment d'urgence à relancer une dynamique en Wallonie, sans pour autant dénigrer les plans précédents. Si ceux-ci ont produit leurs effets positifs, je pense que nous voilà face à une échéance incontournable. Le changement de mécanisme de la loi de financement, quelque part, nous forcera à accélérer le galop.

 

Deuxième mérite à cette démarche Horizon 2022. Il y en a sans doute plus que ce que je ne vais en présenter, mais je me limiterai à quatre. Monsieur le Ministre-Président, je pense que l'occasion de ce débat, l'occasion de ce plan, constitue une invitation au parlement à se saisir de ce dossier que le Gouvernement a mis en œuvre, et que cela permette, au niveau de la population, une espèce de prise de conscience. Comme bon nombre d'entre vous, je reste actif dans ma commune. Mandataire communal ou pas, vous allez, tout comme moi, chaque week-end à la rencontre des citoyens. J'ai vraiment le sentiment qu'il existe un énorme décalage entre ce qui se passe dans notre sphère et dans celle de nos concitoyens. Je ne parle pas que de la sphère politique, mais de tout ce qui tourne autour du monde politique, de tout ce qui a de l'influence, de «l'intelligentia», si je peux utiliser ce terme-là, qui est consciente de l'évolution de notre pays, consciente des échéances, des compétences à mettre en œuvre. De son côté, la population vit, quelque part encore, dans l'image d'une Belgique protectrice, d'un État providence. Je crois qu'il conviendra aussi, à l'occasion de l’élaboration de ce plan Horizon 2022, de prendre nos responsabilités en avisant les citoyens avec méthodologie et pédagogie, de ce que, désormais, leur avenir et leur quotidien seront liés à davantage de Wallonie que d’État Fédéral. C'est le deuxième enseignement.

 

Troisième mérite à cette démarche Horizon 2022… A tout seigneur tout honneur, j'en remercie le ministre-président. Car je crois que c'est l’une des premières fois que le parlement est anticipativement associé dans une démarche prospective qui est plus qu'économique. Si l'on saisit bien ce dossier, il s'agit de donner un plan – j'ai bien aimé la comparaison avec le plan stratégique des communes – avec, de surcroît, une obligation de résultat comme dans nos communes. Dans ce contexte, je pense que le parlement a pleinement son rôle à jouer.

Le Plan Marshall 2.vert constitue un plan économique bien conçu en resserrant les moyens, en regardant les compétences porteuses, en axant sur la recherche, en établissant le lien avec l'enseignement. Je pense que les recettes des régions qui se redéploient sont connues. Par contre – et je vais encore faire le lien avec les citoyens, parce qu'on fait de la politique, pas pour soi, mais pour essayer de mener au mieux des politiques pour le bien-être de nos concitoyens – je crois qu’il manque une adhésion à ces différents plans.

La population ne se sent guère concernée par un projet, qu'il soit wallon ou issu d’un autre niveau de pouvoir, la Wallonie, la Fédération et, même, de la mutation de la maison Belgique. Ce plan, constitue aussi, au niveau du parlement, l'occasion de se saisir du dossier et de dire, pour la Wallonie, qu'il nous faudrait actionner tel ou tel levier en vue d’améliorer le redéploiement. Je ne dis pas cela par hasard car la Flandre, dès 1999, a émis, par le biais de son parlement, des résolutions qui ont tracé le sillon de sa politique durant de nombreuses années.

Ne soyons pas revendicatifs, repliés sur nous-mêmes comme parfois, nous avons le sentiment que cela se passe en Flandre. Je pense au contraire que nous avons, au travers de notre parlement, à défendre des revendications en lien avec notre projet économique, le but de notre action étant de redéployer notre belle Wallonie à travers l'ensemble de ses sous-bassins. Sans entrer dans le détail, je partage aussi l'avis de ceux qui pensent que la Wallonie se redressera à travers ses pôles urbains. Cela me paraît fondamental, mais on entre là dans un sous-débat.

La porte ouverte et le rôle du parlement devant s'affirmer, je plaide pour la création d’une commission qui s'occuperait aussi de revendications institutionnelles, non pas seulement à travers la fédération, mais aussi au départ de ce parlement. Je ne vois pas en quoi il s’agirait d’une injure aux représentants wallons que de pouvoir parler aussi de l'avenir de leur région. J'ai d’ailleurs parfois le sentiment, à cet effet, que l'on parle de réformes institutionnelles et de changements un peu partout dans les médias. Si vous allumez la radio le matin, vous entendez fréquemment l'une ou l'autre éminence de parti, un syndicaliste, un mutuelliste, qui livre sa vision du pays. Par contre, au parlement, peu ou pas de débat…

Donc, je crois qu'à l'occasion de ce débat, et j'en remercie encore le Ministre-Président, nous devrions saisir cette opportunité pour, sereinement, prendre nos responsabilités, peut-être en essayant de dépasser les clivages. Même si nous savons que des sensibilités différentes animent les familles politiques, tant sur la géographie institutionnelle ou intrafrancophone que sur la géographie même du pays.

 

Quatrième mérite, et non des moindres, à cette démarche Horizon 2022.

Je pense avoir retrouvé le mot dans la bouche de plusieurs d'entre vous, je pense aussi venu le moment de dépasser les tabous. Dans le but de réaliser l’objectif commun de redéploiement d’une région, de remettre celle-ci en action, de lui rendre de l'attractivité, d’y retrouver le chemin de l'emploi et de la prospérité, osons nous regarder le nombril et osons le débat intrafrancophone.

Empruntons le chemin que le Ministre-Président nous a indiqué à la tribune de la fédération. J'ai d’ailleurs trouvé beaucoup de pertinence dans sa réplique. Ainsi, vous indiquiez, et je vous cite, «Nous voulons associer le Gouvernement et le parlement pour qu'ils prennent conscience de l'utilité de plancher ensemble sur la redéfinition du périmètre économique et institutionnel». Vous poursuiviez en demandant à travailler des logiques territoriales, en dépassant les clivages, si j'ai bien compris, entre les habituels tabous.

Quand on parle de redéployer la Wallonie en omettant Bruxelles, on est taxé de suite de repli sur soi. Je rassure tout le monde sur le fond de ma pensée: la Wallonie n'arrivera pas à se redéployer si Bruxelles elle-même reste en panne. Pour gérer les institutions à Bruxelles, il faut néanmoins composer avec les Flamands au sein de l'entité bruxelloise, c'est peut-être là que se situe la petite difficulté.

Je souhaite que l'on puisse avancer aussi en Wallonie et que, à travers les différents plans que l'on met en œuvre, l'on puisse avoir l'ensemble des outils qui nous permettent de magnifier et d'avancer vers ces plans.

M. Prévot a magnifiquement illustré le propos par rapport à l'axiome de la culture. Vous avez vraiment illustré l'intérêt pour une entité de pouvoir maîtriser en partie un outil qui est l'outil culturel.

Nous savons tous que l'économie se vit en sous-bassins, qu'il y existe des croissances économiques. Je prends celui que je connais le mieux, le bassin de Liège, d'Aachen. Nous savons tous aussi qu'il est essentiel de pouvoir maîtriser des leviers. La culture est effectivement, au-delà du fait de l'émancipation personnelle, un levier qui peut s’avérer extrêmement important.

Par contre, vous allez m'expliquer comment, à travers un plan économique, à travers une institution basée à Namur, vous allez pouvoir réellement influencer l'activation de ces politiques culturelles. Là, je pense qu'il y a des passerelles sans tabou, je ne veux pas régionaliser à tout crin, mais je pense qu'il y a besoin de maîtriser ces leviers.

Autre exemple: je suis pour la régionalisation de l'enseignement, mais je ne suis pas fermé à une autre formule qui peut aboutir au même résultat. On parle tous d'enseignement. On sait qu'au niveau de l'enseignement, on met suffisamment de moyens. Eh bien, dépasser un tabou, c'est faire comme le Ministre-Président l'a suggéré, c'est peut-être aussi resserrer les réseaux. J’évoque ici déjà les seuls réseaux officiels, où permettre des économies d'échelles. Nous devons absolument nous donner les moyens d’avancer dans cette matière.

 

Tant qu'on aura ces handicaps, qu'on ne disposera pas au niveau de la Wallonie de l'ensemble des leviers qui nous permettront de compléter nos plans économiques, je pense malheureusement qu'on sera toujours dans l'échec et qu'il manquera un pendant. On le voit, on va le voir dans le cadre de la réforme du Ministre Marcourt sur l'enseignement supérieur, basée sur la territorialité. On va au-devant de difficultés parce que c'est un tabou.

Dès que l'on veut un peu réformer, on touche au drapeau de la liberté de l'enseignant. Vous remettez la guerre scolaire. Nous n'avancerons pas en Wallonie et à Bruxelles sans lever un certain nombre de tabous. Dès lors, je saute à pieds joints sur ces propositions.

Je conclurai simplement en affirmant qu'à mes yeux, il convient de saisir ce plan Horizon 2022 à bras-le-corps. Je crois que le parlement a un rôle important à jouer si l’on veut assumer nos responsabilités et je pense que nous sommes aujourd’hui face à une obligation de résultat. Nous ne pouvons en aucun cas nous planter. Les indicateurs économiques sont mauvais partout, en Wallonie et ailleurs, et nous nous trouvons face à un double enjeu. Le premier est de redéployer la Wallonie malgré la crise, d'accélérer ce redéploiement. La loi de financement 2022, c'est demain. Nous sommes dans une obligation de résultat, avec un double enjeu parce qu'il ne faut pas non plus en faire l'impasse. Je rejoins ce que M. Wesphael a dit. Et oui, Monsieur Wesphael, de temps en temps, il y a quelqu'un qui vous écoute! Je vous ai même applaudi!

(Rumeurs)

Ne semez pas le trouble dans ma conclusion, j'en étais au deuxième défi qui est de participer à la redéfinition de la Maison Belgique, et je crois qu'il n'y en a pas un dans cette enceinte qui peut dire ce qui va arriver en 2014. Cela me paraît relativement clair. Ceci étant

(Réaction d'un parlementaire)

Je ne suis pas prédicateur, vous êtes historien, moi, j'essaie simplement d'agir sur le présent et peut-être un peu sur le futur. Tirer les leçons du passé, je n'ai aucun problème à tirer les leçons du passé, mais je pense humblement que la Wallonie doit apporter sa part dans la redéfinition de la Maison Belgique et que nous devons aussi effectivement régler nos liens avec Bruxelles, régler ces problèmes de compétences et trouver la voie. Vous savez, je ne suis pas arrêté sur les mots fédéralisme, confédéralisme. Allez demandez à deux profs d'université et il n'y en a pas un qui va vous donner la même définition.

À partir du moment où il y a de la coopération dans le modèle que l'on met, et que ce ne soit pas un fédéralisme d'opposition, où les communautés – et c'est pour cela qu'il est important à mes yeux, par exemple, que le dossier des allocations familiales aboutissent en région et non pas au niveau de la communauté, parce que là, on va forcer les Bruxellois à avoir un problème de sous-nationalité, vous connaissez cela mieux que moi, il est important de sortir de ce fédéralisme d'opposition et de tenter la voie d'un fédéralisme ou d'un confédéralisme, peu importe, je n'ai pas de tabou non plus sur les mots, de coopération.

Ceci étant, sous la réserve que la musique ne s'accélère pas trop à nos dépens.

(Applaudissements)

 

Extrêmement brièvement, je retiens de l'ensemble de ce débat, d'une part la richesse, on sent aussi la volonté du Ministre-Président d'avancer dans cette démarche et on sent aussi, tout un chacun, qu'on est à une période charnière et qu'il y a des moments où l'histoire s'accélère et il faut prendre des décisions et donc, personnellement, «audace et volonté», cela me convient aussi parfaitement.

How to Share With Just Friends

How to share with just friends.

Posted by Facebook on Friday, December 5, 2014
L'Echo du 29/07/2021

Considérant les défis logistiques et budgétaires qui attendent la Wallonie sur le front du relogement, le ministre wallon Christophe Collignon admet que les 100 millions qu'il a réussi à dégager ne seront pas suffisants.

➡"Avec les bourgmestres, nous avons réquisitionné des hôtels, des gîtes ou des centres de loisir, mais cela reste des situations précaires. Le plus urgent va être de trouver des solutions transitoires et durables."

➡"Nous avons notamment dégagé 50 millions pour les communes et CPAS, dont 27 millions ont déjà été versés aux communes les plus sinistrées via des dotations. Cela permettra de payer des solutions provisoires, de rembourser des logements réquisitionnés, de louer des habitations, de réparer des maisons…"

➡"Tout cela va être très compliqué. Les gens sont attachés à leur région et c'est très difficile de leur demander d'habiter à l'autre bout de la Wallonie. Nous travaillons donc à d'autres solutions, comme du logement modulaire."

➡"J'ai réorienté certaines politiques pour dégager ces budgets, mais il faudra qu'on se voie rapidement entre ministres pour que chacun réoriente une partie de son plan de relance"

➡"Il faut que l'État fédéral soit solidaire, et pas seulement en envoyant l'armée. Il serait singulier qu'on ait de l'aide de l'Europe, et que le fédéral se limite à de la compassion. La baisse de la TVA à 6% pour la reconstruction est une bonne nouvelle, mais cette mesure ne devra pas être trop ciblée pour avoir un effet suffisamment positif."

➡"La réquisition de bâtiments est une piste à suivre. Elle est intéressante et je rappelle aux communes que ce pouvoir existe dans la loi. Cependant, ce n'est pas aussi simple que le fait croire le PTB, car la plupart du temps, ces logements sont en mauvais état."

Voir l'article dans L'ÉCHO


 
 
Vign_VACCINATION-AIDE-COMMUNES-TRANSPORT-20210325
 
Soutien aux secteurs
Vign_FACEBOOK-CC-DDH-42MILLIONS-COMMUNES-SUDPRESSE-20210302
"Le ministre des pouvoirs locaux Christophe Collignon entend aider les secteurs économiques les plus durement impactés par les mesures de confinement, dont ceux de l’horeca (hôtels, restaurants, traiteurs, cafés, bars et autres débits de boissons), les forains, les maraîchers, les ambulants, les spectacles et divertissements (cinémas, théâtres, concerts, discothèques, dancings et assimilés), les attractions touristiques, culturelles et autres, les hébergements (centres et villages de vacances, campings, hébergements collectifs, gîtes de grandes capacité), les sports et loisirs, les salons de coiffure, centres de soins et autres entretiens corporels, l’évènementiel (organisation, photo, locations diverses), les organisations de salons et de congrès…"
 
Fonction publique locale
Vign_CC-DDH-CONVENTION-SECTORIELLE-20210202
Wallonie mieux connectée
Vign_DDH-CC-FACEBOOK-DIGITALISATION-CONNECTIVITE-WALLONIE
NETHYS: opprobre général
Vign_RTBF-MATIN-PREMIERE-NETHYS-20210125
L’affaire Nethys empoisonne la vie politique depuis plusieurs années parce que ça touche à la vie publique, à la gouvernance publique. Et c’est pour cela que cette affaire "choque", estime le ministre wallon des pouvoirs publics. Parce qu’il s’agit de sommes importantes ayant été détournées. D’ailleurs, Christophe Collignon affirme : "Ce sont des montants qui sont sans commune mesure avec ce que l’on peut espérer lorsque l’on est gestionnaire public".
Pour le ministre wallon, c’est important que le monde politique et le monde économique puissent travailler ensemble. Il plaide à nouveau pour ne pas mettre tous les gestionnaires publics dans le même panier. Pour lui, le poids politique est important pour permettre à la Région de prospérer.
"Je vais faire un lien avec un autre dossier, le dossier Fed-Ex. On voit qu’il y a une délocalisation, non pas pour payer moins cher les travailleurs, on déplace cette activité à Paris parce qu’on a moins de poids que la France. Il est donc dans notre intérêt que le politique se mêle de l’économie et surtout qu’on garde des centres de décision en Wallonie."
Et d’ajouter, "on a besoin des entrepreneurs wallons, on a besoin que le monde politique et le monde économique se rencontrent, on a besoin de croire dans le potentiel de cette Région et que l’on garde les centres de décision en Wallonie"... (RTBF)
Plan européen de relance
Vign_CC-DDH-ECHO-PLAN-RELANCE-20201212
"La Wallonie privilégie une logique de réponse aux attentes des citoyens en matière de logement, innovations technologiques, nouvelles filières de développement économique porteuses d’emploi, mobilité, qualité des espaces publics et services publics, plutôt qu’une logique de projets pharaoniques irréalisables dans les délais impartis..." (L'ÉCHO)
Climat et énergie durable
Vign_CC-DDH-POLLEC-HW-20201204
Rénovation urbaine
Vign_CC-DDH-FACEBOOK-RENOVATION-URBAINE
 
Vign_PORTRAIT-GALERIE-PRESIDENTS-PARLEMENT-WALLONIE-8JANVIER2019
Après m'avoir décerné la décoration d'Officier de l'Ordre de Léopold, les instances du Parlement de Wallonie ont dévoilé mon portrait qui figure désormais dans la galerie des présidents de l'assemblée. Une reconnaissance officielle appréciable pour un travail parlementaire assidu...
 
  Merci à Paul Magnette pour son soutien!
 
Vign_APE-VISITE
Christophe Collignon et les candidats de la liste PS à la Région, à la rencontre des travailleurs sur le terrain
 
 

Présentation à la presse de la liste PS que Christophe COLLIGNON conduira en vue des élections régionales du 26 mai 2019 à Huy-Waremme.

Les 4 candidats effectifs sont Christophe COLLIGNON (Huy), Stéphanie KIPROSKI (Waremme), Vincent BURTON (Remicourt) et Virginie DI NOTTE (Wanze).

Les 4 candidats suppléants sont Eric LOMBA (Marchin), Christelle GUISSE (Braives), Frédéric LEONARD (Ferrières) et Christine LENAERTS (Amay).

 
 
Vign_TALENTS-WALLONS
De nouveaux talents wallons ont reçu, en cet été 2018, le Coq de Cristal. Une mention toute particulière à l'équipe de la Brasserie de Marsinne, à Couthuin (Héron) et aux tailleurs de pierre marchinois Benoît Potel et Grégoire Dechêne!
 
 

La bonne gouvernance en débat

(A votre avis - RTBF - 29 janvier 2017)

Vign_AVOTREAVIS-29JANVIER2017
 
 
Vign_LLB-APPARENTEMENTS
 

Ehique et politique en débat

(A votre avis - RTBF - 22 janvier 2017)

Vign_RTBF-VOTRE-AVIS-22JANV2017
 
CARTE BLANCHE

La Wallonie,

un choix de société 

 

André Renard a écrit : « Seul le fédéralisme peut créer les conditions favorables aux réformes de structure économique qui créeront elles-mêmes les conditions de l’expansion économique dans le progrès social ». Plus de cinquante ans après cette lutte sanglante, les Wallons ont obtenu une autonomie qui leur permet de prendre, de plus en plus, leur destin en main.

 

Trente ans après une régionalisation timide et effectuée dans un contexte qui lui était particulièrement défavorable, la Wallonie commence à rencontrer la principale revendication du grand leader syndical : l’expansion économique. En effet, en analysant l’évolution des PIB régionaux depuis 10 ans, Paul De Grauwe reconnaissait implicitement que la décentralisation profitait davantage à une Région que d’aucuns se bornent encore à appeler « le sud du pays ».

 

Alors que beaucoup reste encore à accomplir en la matière, l’arrêt du déclin économique constitue une victoire, tant sur les stéréotypes que sur les prédictions des Nostradamus de comptoir. Le principal enjeu des prochaines années sera d’accélérer ce redressement et de le concrétiser en emplois de qualité, priorité d’ailleurs consacrée par le Plan Marshall 2022.

 

Si la réussite de ce redéploiement constitue l’urgence absolue, il ne faudrait pas en oublier que la sphère économique n’est qu’une facette de la réalité wallonne. Avec les compétences dont nous disposons et les responsabilités qui vont nous être transférées, nous devons, aussi, agir pour répondre toujours mieux aux aspirations des citoyens. En matière de solidarité et de justice sociale aussi, nous pouvons aller plus loin.

 

Ainsi, afin que chacun – et singulièrement les moins nantis – puisse avoir toutes les chances de s’insérer harmonieusement dans la société, il est indispensable que les pouvoirs publics continuent de s’imposer comme un rempart aux inégalités. Et, là aussi, la spécifié wallonne peut s’exprimer, s’éloignant des solutions que la droite - dont on connaît le poids en Flandre et, donc, au fédéral - voudrait imposer. En matière de logement, il serait plus juste d’instaurer un loyer de référence par zone géographique, tenant compte de la pression immobilière, afin de limiter la hausse des loyers. Ce n’est, en effet, qu’en régulant mieux le marché que nous pourrons faciliter l’accès à un logement décent, aider les familles qui en ont le plus besoin pour, in fine, soutenir leur pouvoir d’achat.

 

Les allocations familiales, qui vont être régionalisées, constituent également un vecteur intéressant pour lutter contre les inégalités. Alors que Bruxelles pourrait utiliser ce levier pour répondre à son défi démographique, la Wallonie pourrait développer un système plus juste en faveur des moins nantis et partager plus équitablement l’enveloppe disponible. Très concrètement, il s’agirait d’adapter leur montant en fonction des revenus, afin de privilégier ceux qui en ont le plus besoin.

 

Ces solutions solidaires et socialement plus justes s’inscrivent dans la droite ligne de la philosophie défendue par nos pères, dont André Renard, qui ont lutté pour que nous puissions connaître l’expansion économique dans le progrès social.

 

Christophe COLLIGNON, Député wallon

Francis GOMEZ, Président de la FGTB Métal Liège-Luxembourg

CETA

Non, la Wallonie ne bradera pas ses valeurs!

(Extrait du Journal de 13H sur France Inter - 24 octobre 2016)

Clipper_CC-Clipper_11673-24_10_2016-ITEMA_21113414-0_Segment1_00_16_02_270-00_17_49_603_Segment1_00_00_00_000-00_01_44_173_
 

"L'ambiance est meilleure en Wallonie" 

A l’heure de tirer le bilan d’une première année parlementaire wallonne, c’est surtout dans l’opposition, MR ou Ecolo par exemple, que l’on peut s'en donner à cœur joie. Avançant çà et là ce qui a été fait, bien fait, mal fait ou pas fait par le gouvernement en place. Lorsqu’on se trouve dans la majorité (PS-CDH) et que l’on est, en plus, le groupe le plus important en termes de nombre d’élus au sein de l'assemblée (30), il n’est pas toujours facile de mettre en avant les initiatives parlementaires alors que la balle est très souvent dans le camp du gouvernement.

Le groupe PS s’est risqué à cet exercice, vendredi, à Namur, afin surtout de démontrer que le rôle d’un Parlementaire de la majorité ne réside pas seulement dans l’acte de presser un bouton au moment des votes en séance plénière. L’équipe emmenée par Christophe Collignon se porte bien, «l’ambiance y est meilleure qu’au fédéral» pointe même le député andennais, Vincent Sampaoli, insistant sur le travail d’équipe.

«Si nous sommes un groupe qui soutient la majorité, nous ne sommes pas que cela», explique Christophe Collignon. «Nous sommes une force progressiste, notre travail s’effectue au Parlement mais aussi en dehors. Nous contrôlons l’exécutif mais nous incitons aussi à la mise en œuvre de réformes», poursuit-il.

Les députés socialistes, à quelques exceptions près, se sont tous spécialisés dans un domaine afin d'éviter de délaisser des matières importantes et de provoquer un embouteillage de questions, propositions, interpellations sur un même sujet. A l’analyse, on constate que ce sont surtout des propositions de résolution qui ont été déposées depuis un an. Elles visent par exemple le soutien au Dr Mukwege, qui répare les femmes mutilées en RDC, la reconnaissance de l’Etat de Palestine, la lutte contre le dumping social, la commission du renouveau démocratique (cosignée avec le MR, le CDH et Ecolo), l’instauration d'un loyer de référence, les lieux de cérémonie non-confessionnels, le maintien du Thalys sur la dorsale wallonne ou encore la lutte contre l’abandon d’animaux domestiques.

Du côté des propositions de décret, on retrouve aussi plusieurs thématiques comme la détention des NAC (nouveaux animaux de compagnie), les invendus alimentaires, la consultation populaire, entre autres.

S.Ta. (La Libre Belgique – 11/07/2015)

 

L'arrondissement

de Huy-Waremme reconnu comme bassin

de grande ampleur 

 

Suite aux inquiétudes qui lui ont été exprimées par plusieurs mandataires locaux de Huy-Waremme à propos du projet de nouveau schéma de développement de l’espace régional (SDER), le député Christophe Collignon a interpellé la semaine dernière le ministre wallon de l’aménagement du territoire.

 

La réponse apportée par le ministre est rassurante quant à l’intention de reconnaître l’arrondissement de Huy-Waremme en tant qu’entité distincte, avec les spécificités qui lui sont propres.

 

«Huy et Waremme jouent un rôle important dans le projet de SDER», commente le ministre. «Ils y ont le statut de pôles principaux, au même titre que Verviers, Tournai ou Arlon, par exemple. Un bassin de vie a été défini autour de ces deux entités, en incluant Hannut dans le bassin de vie de Waremme. L’axe de développement sur la dorsale a évidemment été mentionné, de même que les réseaux structurants.»

 

En ce qui concerne plus précisément Huy, le ministre Henry a répondu positivement à l’interpellation de Christophe Collignon: «Certaines remarques sont pertinentes et permettront d’améliorer le projet de SDER. Ainsi, la question du statut touristique de Huy doit effectivement se poser. J’invite la Ville de Huy à bien mettre en avant ses richesses touristiques actuelles et leur potentiel de développement. Sur cette base, je pourrai proposer au ministre du tourisme Paul Furlan et à l’ensemble du gouvernement d’ajuster le rôle touristique de Huy dans le SDER.»

 

A propos de la centrale de Tihange, le ministre laisse également une porte ouverte: «La centrale n’est effectivement pas mentionnée dans le projet de SDER puisqu’aucune unité de production d’énergie ne l’est. Seuls les réseaux ont été mentionnés car ils sont structurants pour le développement de l’activité économique. Mais si les communes montrent au gouvernement qu’il y a une plus-value à inscrire de telles infrastructures existantes dans le SDER, le gouvernement pourrait certainement en tenir compte.»

 

«Le SDER doit être équilibré sur l’ensemble du territoire wallon et s’appuyer sur l’ensemble de ses atouts. Si des améliorations peuvent être apportées, elles le seront, pour Huy-Waremme comme pour les 19 autres arrondissements», a conclu le ministre Henry, en réponse à l’interpellation du député Christophe Collignon.

L'éclairage réduit des autoroutes représentera

une économie conséquente

 

Question écrite de Christophe Collignon à Carlo Di Antonio, ministre des travaux publics

 

"Depuis le 1er janvier 2008, hormis les sorties, les échangeurs et les parkings, les autoroutes wallonnes sont tous feux éteints. Cette initiative a permis à la région de faire des économies considérables en termes de dépenses énergétiques, mais également en termes de production de CO2.

 

Quel est le bilan en termes de tonnes de CO2? À combien peut-on chiffrer l'économie réalisée par la région depuis l'extinction partielle de l'éclairage autoroutier ? Quelles sont les mesures prévues en 2014 en ce sens? Ne pourrait-on pas envisager la même politique au niveau des autres voiries régionales?"



Réponse du ministre


"La réduction actuelle de la consommation annuelle d'énergie due à l'extinction de l'éclairage entre 00h30 et 5h30 en Wallonie est d'environ 16 GWh ce qui représente une économie évaluée à +/- 2 millions d'euros par an. 


Le marché de la SOFICO pour l'optimisation de la gestion des équipements électromécaniques, dite étude PPP, prévoit:


1° la rénovation de l'éclairage des zones suivantes: les « rings » autoroutiers aux abords des grandes agglomérations (Liège, Namur, Charleroi, Mons et Bruxelles) ; les accès et sorties d'autoroutes ; les zones de conflits (carrefour, agglomération) sur les routes nationales. 


2° la suppression de l'éclairage des autres zones, mais sans démantèlement immédiat des équipements.


Cette rénovation de l'éclairage s'accompagnera également d'une modernisation de la technologie par l'utilisation de la LED et de systèmes de modulation de l'éclairage, visant à éclairer à bon escient les tronçons décrits ci-avant. 


Il s'agit donc d'utiliser au mieux la technologie intelligente actuelle pour éclairer les routes quand le trafic l'exige. Par exemple, un accès autoroutier peu utilisé sera demain éclairé à 100 % seulement si un passage de véhicule est détecté, dans le cas contraire, le niveau d'éclairage y sera diminué drastiquement. 


Enfin, comme l'honorable membre le sait, j'envisage de doter la Wallonie de poteaux éoliens multifonctions dont l'énergie produite permettra entre autres de fournir l'électricité nécessaire à l'éclairage de nos routes. 


En termes d'économie de CO2, le scénario susmentionné d'éclairage (rings, accès, sorties et zones de conflit sur les nationales) permet d'économiser 11.600 tonnes de CO2 par an, sachant que nous consommons aujourd'hui 17.200 tonnes de CO2 par an."

Créer un site avec WebSelf
© 2018